Court récit sur l'Antéchrist (Vladimir Soloviev)



Court récit sur l'Antéchrist (Vladimir Soloviev)
Il est malaisé de résumer le récit prophétique de Vladimir Soloviev (1853-1900), Court récit sur l'Antéchrist, dans lequel le penseur russe, penchant vers la mort, décrit la fin du monde. Beaucoup de lecteurs passionnés y décèlent l'annonce des grandes catastrophes du XXeme siècle avec, pour conséquence, l'oubli de Dieu, la sécularisation de l'Europe et le triomphe d'idées chrétiennes "devenues folles". Ce petit livre appartient à la troisième période de la vie de l'écrivain russe, ce visionnaire tourné vers l'ultime : la période dite théurgique ou apocalyptique où les thèmes eschatologiques sont fondamentaux. Soloviev, habité par la vision de la puissance croissante du mal, abdique alors son évolutionnisme, basé sur la théorie du progrès de l'humanité, mais aussi son vieil idéal théocratique qu'il attribue maintenant à l'Antéchrist...
Parmi les critiques qui attachent une grande importance à l'optimisme de Soloviev, à son éthique humaniste et à son oecuménisme de "clairvoyance" où des chrétiens de confessions différentes se retrouvent unis dans la diversité autour du successeur de Pierre, rares sont ceux qui perçoivent la dimension prophétique de ce récit. Maxime Herman par exemple : "...quelque chose décourage en effet infiniment dans cette histoire de l'Antéchrist qui mène les hommes à l'unité tant voulue par Soloviev, mais qui reste quand même l'Antéchrist, et est vaincue par une minorité (quelques chrétiens) dont il a presque réalisé les rêves grandioses d'union. Soloviev en était-il venu à ce point de pessimisme que seule une catastrophe apocalyptique lui paraissait pouvoir assurer le salut des hommes et donner une réalité à des espérances qu'il avait caressées toute sa vie ? Le meilleur Soloviev n'est pas dans ces pages troublantes de Pansophius : les ténèbres de la mort l'assombrissaient... "
Ce récit de fait nous montre les derniers chrétiens, en nombre infime, encore divisés en trois églises...L'union de leurs chefs, le pape Pierre II, le starets jean et le professeur de théologie protestant Pauli, se produit au delà des limites de l'histoire, dans un processus supra-historique, dans la catastrophe apocalyptique où sombre l'univers...

Le chanoine Michel Dangoisse nous présente ce récit stupéfiant dans un article de la revue Pâque nouvelle (l'article complet :

Court récit sur l'Antéchrist (Vladimir Soloviev)
" Lorsqu'il a prêché la retraite au pape et à la Curie romaine en février dernier, mon évêque, Mgr Léonard, a évoqué un récit saisissant de Valdimir Soloviev, dans son Court récit sur l'Antéchrist, écrit en 1900, l'année même de sa mort. Jean-Paul II, qui semblait ne pas connaître ce texte de fait peu connu, a été fort intéressé et lui a dit: "Ce fut un moment très fort!"

Orthodoxe, proche de l'Eglise catholique, l'auteur imagine la situation spirituelle de l'Europe (devenue les "Etats-Unis d'Europe") à la fin du XXe siècle. Des Européens spirituellement exsangues à cause de l'indifférence religieuse; quelques millions seulement de chrétiens authentiques, toujours divisés en catholiques, orthodoxes et protestants, car les anglicans se sont ralliés de puis peu à l'Eglise catholique; un catholicisme plus dépouillé et le pape lui-même, italien d'origine, mais de culture slave, a dû se réfugier à Saint-Petersbourg. Sous l'influence secrète de la franc-maçonnerie, un homme de 33 ans, une sorte de surhomme européen à l'intelligence supérieure, profondément spiritualiste, se laisse convaincre par l'Adversaire que c'est lui-même qui est le Christ, et non pas Jésus de Nazareth... Il publie un livre au succès foudroyant: il prône les valeurs chrétiennes ou évangéliques, en les adaptant aux idéaux de la raison humaine, sans imposer le moindre renoncement à soi et surtout sans jamais mentionner le nom du Christ!

Devenu Empereur des Etats-Unis d'Europe, il s'installe à Rome et réalise en trois ans son programme politique, social et écologique. Mais les chrétiens, avec leurs divisions, le dérangent, car ils sont un obstacle à la pleine unité de l'Europe. Il déplace sa capitale à Jérusalem, y édifie un vaste Temple de l'Unité de tous les cultes et y convoque un Concile oecuménique: en plus des responsables des trois confessions, on trouve 3.000 délégués et un demi-million de pèlerins venus à Jérusalem.

L'Empereur Antéchrist trône sur une immense estrade face aux trois délégations. Il promet aux catholiques de rétablir le pape à Rome avec ses privilèges constantiniens, s'ils le reconnaissent comme leur unique défenseur: presque tous les évêques et cardinaux, la majorité des moines et des laïcs le rejoignent alors sur l'estrade, sauf le pape Pierre II avec quelques moines et laïcs qui murmurent: "Les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle". Même discours aux orthodoxes, auxquels il promet d'ériger à Constantinople un musée mondial de l'archéologie chrétienne, pour promouvoir la connaissance des icônes et de la liturgie. La plupart des évêques, moines et laïcs grimpent sur l'estrade, sauf le starets Jean, chef de la délégation, et un groupe de récalcitrants qui vont s'asseoir près du Pape Pierre II. L'Empereur, surpris, promet alors aux protestants une promotion des études bibliques dans le christianisme unifié (un million et demi de marks pour un Institut biblique!). Plus de la moitié des exégètes foncent sur l'estrade, sauf le professeur Pauli et une minorité de théologiens qui rejoignent les "rebelles": Pierre, Jean et Pauli se retrouvent ainsi au coude à coude...

Etonné de cette résistance insolite, l'Empereur demande alors à ces chrétiens rétrogrades: "Mais que puis-je faire pour vous? Qu'est-ce qui vous est le plus cher dans le christianisme?" Blanc comme un cierge, le starets Jean se lève: "Sire, ce que nous avons de plus cher dans le christianisme, c'est le Christ lui-même, en qui réside corporellement toute la plénitude de la divinité. Confessez ici et maintenant devant nous que Jésus-Christ est le Fils de Dieu venu dans la chair, qu'il est ressuscité et qu'il reviendra, et nous vous accueillerons comme l'authentique précurseur de sa seconde venue dans la gloire". L'Empereur blêmit et Jean s'écrie d'une voix étranglée: "Mes petits enfants, l'Antéchrist!" Aussitôt il est terrassé par une boule de feu. L'Empereur déclare alors, rassuré, que le Concile reconnaît unanimement son autorité souveraine. Mais le pape Pierre, brandissant sa crosse en direction de l'Empereur, le proclame anathème, avant de s'écrouler, lui aussi. Ce sont les deux témoins de l'Apocalypse... A ce moment, le professeur Pauli monte sur l'estrade et, au nom du Concile oecuménique, confirme la foi en Jésus Christ seul Sauveur et excommunie l'Empereur, puis il invite les fidèles à se retirer au désert pour y attendre la venue certaine de Jésus. La foule des pèlerins s'écrie: "Adveniat! Adveniat cito! Komm, Here Jesu, komm! Oh oui, viens, Seigneur Jésus!".

Les chrétiens fidèles au Christ se retirent au désert où ils sont l'objet d'une terrible persécution. Passons sur les détails de la suite. L'Empereur fait élire comme pape (antipape...) un certain Apollonius, un mystificateur, évêque titulaire d'un diocèse fictif in partibus infidelium, une sorte de charlatan dont les sortilèges avaient enchanté les foules dans les jeux offerts par l'Empereur; il se déclare aussi bien catholique qu'orthodoxe et protestant: un oecuménisme de charlatan. Mais le professeur Pauli, pendant la nuit, parvient à s'approcher des corps de Pierre et de Jean, et ils reprennent vie! Tous trois, réunis dans la même confession du Christ, célèbrent l'unité de la foi retrouvée face à l'Antéchrist.

A ce moment apparaît au ciel, dans la nuit, une Femme qu'ils prennent pour guide, vêtue de soleil, la lune sous les pieds et une couronne de 12 étoiles sur la tête (songeons qu'à Pontmain, Marie apparaît avec une multitude d'étoiles sur son manteau bleu...). Alors les Juifs, qui étaient revenus en Palestine et qui avaient accueilli l'Antéchrist comme leur Messie, apprenant qu'il n'était pas même circoncis, veulent l'affronter, mais la terre s'entrouvre et engloutit l'Antéchrist, l'antipape et toutes leurs troupes. Revenus à Jérusalem pour faire cause commune avec les chrétiens fidèles, ils voient le ciel s'ouvrir et le Christ descendre vers eux avec ses habits royaux et les plaies de sa passion: c'est le retour glorieux.

De ce récit prophétique, retenons qu'il importe aujourd'hui de ne pas remplacer le Christ par le christianisme et de ne pas lui substituer un ensemble de "valeurs", dites chrétiennes, mais qui recouvrent simplement les idéaux spontanés de l'humanité. [...] La chose la plus urgente pour l'Eglise, c'est de confesser "à temps et à contretemps": "Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui doit venir en ce monde". En même temps qu'il annonce des persécutions, ce récit de 1900 est porteur d'une immense espérance "....

20/01/2004
Sombreval






1.Posté par tardivel le 06/06/2005 01:22
Dans ce foisonnement délirant, une ligne claire de conduite: quand le monde aura épousé toutes les valeurs de l'humanisme le plus généreux tout en chassant Dieu de ce monde et en rejetant, marginalisant ou ridiculisant ceux qui affirment que Jésus est son Fils, alors on saura que les derniers temps approchent... En fait, ils sont toujours en train d'approcher, et à vue humaine on ne sait pas à quelle vitesse, mais on dirait bien que cet écrit nous a été laissé pour nous faire réfléchir aux signes avant-coureurs... Qui pourrait nier que ce portrait est celui que nous voyons se dessiner sous nos yeux?

2.Posté par Neo le 05/09/2005 21:05
Et encore un! Décidément, les fausses eschatologies pullulent depuis quelques temps, visant toutes à CALOMNIER par tous les moyens possibles et imaginable Henri V de la Croix (a.k.a. SMA), futur roi de France et empereur d'Europe par la grâce de N.S. Jésus-Christ, dernier "rempart" (katechon) de cette pauvre planète, cette brebis énorme gonflée par tous les vents de l'orgueil et de l'illusion, avant qu'elle ne soit engloutie par les ténèbres de l'Antéchrist Maitreya.

Déjà les Pharisiens invectivaient Jésus en l'accusant d'être un fou, un sorcier, un possédé, un séducteur, un manipulateur des foules, un escroc, un suppôt de Belzébul.

Le serviteur n'est pas plus grand que le maître, et aura droit au même traitement que lui par tous ceux qui se disent chrétiens.

Je croyais que seuls les Protestants avaient l'apanage de ce genre de triste ruse. Voilà que je constate que les Orthodoxes eux aussi s'y sont mis... Voilà ce qui se passe quand on n'est pas (malgré tout) en communion avec Rome.

3.Posté par innatalite le 28/12/2007 23:21
Je salue la vision de Soloviev, le plus grand philosophe russe. Tout pourrait concorder avec notre temps, à part qu'il parle du début du XXe siècle alors qu'il faudrait parler du début du XXIe siècle et qu'il ne parle pas des Etats-Unis d'Amérique. Mais à ma connaissance, il n'y a pas d'actualisation plus récente et plus pertinente de l'Apocalypse. Et le commentaire N°3 de Néo parle plus de l'incarnation de l'Antéchrist (ou d'Ahriman selon Rudolf Steiner) que du Roi Sauveur ou du Christ. (lire à ce sujet "Lucifer et Ahriman" de Rudolf Steiner).
Innatalité

4.Posté par borac le 10/05/2011 08:28
Les "Etats-Unis d'Europe" ...Je découvre, avec satisfaction. Mais sait-on que l'expression a déjà été avancée par Victor Hugo, plus de cinquante ans avant Soloviev? Et que le philosophe hindou Sri Aurobindo leur consacre tout un chapitre de son livre : "le cycle de l'unité humaine".

5.Posté par borac le 10/05/2011 08:30
Mais comment se procurer l'étude originale ?

6.Posté par Antonio le 08/07/2011 15:14
Etude Originale disponible à cette adresse : http://www.archive.org/details/troisentretienss00solo

Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Mercredi 31 Octobre 2012 - 18:39 Le Portrait de Dorian Gray (Oscar Wilde)

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE