La Jeunesse Lumière



La Jeunesse Lumière
Dans le registre « on est une bande de jeunes et on s’éclate » voici une énième version catho : les missionnaires de la "jeunesse Lumière". Au programme : teufs, vacances gratos, cours de guitare, déconne. Officiellement pourtant la spiritualité de "Jeunesse Lumière" se définit " à travers les quatre piliers qui sont : la contemplation, la formation, la communion, et la mission. Comme une chaise repose sur quatre pieds, comme une voiture roule sur quatre roues, ainsi toute vie chrétienne devrait tendre à bien prier, se former courageusement, vivre en harmonie avec son entourage et avoir le soucis de témoigner de l'Amour rencontré ". Tu m’étonnes !
Cette école, fondée par le père Daniel Ange, prédicateur vedette du renouveau charismatique », a été reconnue en 1994 comme association privée de fidèles par l'évêque et représentée aux travaux du Conseil pontifical pour les Laïcs, alors présidé par S. Ém. le cardinal Francisco Pironio





24/02/2004
Sombreval






1.Posté par ancienne JL le 17/07/2009 15:37
J'y ai passé quelques mois cauchemardesques. Ca n'a rien rien `a envier aux pires sectes....

2.Posté par iris le 11/01/2013 15:35
je n'ai jamais été la ba, mais j'ai des témoignages de personnes étant revenues de cet endroit...qui est à mon sens plus qu'une secte et un véritable bouleversement dans la personnalité de ces personnes, marquées à vie et qui deviennent totalement incohérentes avec le message chrétien et avec la vie en elle même.c choquant, à fuir sans aucun doute.

3.Posté par iris le 09/02/2013 12:43
Bonjour !
Je ne suis pas d'accord avec vos commentaires.
Contrairement à mon homonyme, qui n'a jamais été à l'école Jeunesse Lumière, j'y ai été pour une année sabbatique. Je suis psychologue clinicienne de métier, je l'était déjà lors de mon année sabbatique. J'avais 29 ans quand j'y suis allée, donc mes réflexions n'étaient pas celles d'une adolescente. A présent j'ai 40 ans et 11 années se sont écoulées après mon expérience, j'ai pour ainsi dire bien du recul pour vous parler.
La vie à Jeunesse Lumière est remplie de plein d'activités :
1. d'ordre pratique - le ménage, la cuisine, le jardin, etc ;
2. d'ordre intellectuelle - les cours hebdomadaires 5 jours sur 7 jours, sur des sujets divers et variés, autant spirituels que humains ou d'actualité, donnés par des personnes qualifiées, non seulement catholiques, mais également d'autres horizons humains et religieux, exemple : médecins, scientifiques, théologiens, sociologues, rabbins, imams, pasteurs, prêtres, laïcs, etc;
3. bien évidement d'ordre spirituelle - les offices, la prière, etc.

Effectivement il y quatre piliers qui rythment la vie là-bas :
I. la vie communautaire,
II. la prière,
III. la formation
IV. et la mission, autrement dit, le témoignage de ce que nous vivons et croyons.

Dire qu'il y a des vacances gratis c'est de la pure désinformation ! Moi-même, venant d'un pays hors Europe, j'avais ma famille qui contribuait mensuellement avec l'école pour subvenir aux frais que ma présence occasionnait, c'était pareil pour les autres personnes, et ceux n'ayant pas les moyens pour ce faire avaient des marraines ou des parrains pour les aider à financer leur année à l'école. Je n'ai pas vu des gens déconnant. Cela dit, une ambiance joyeuse était bel et bien notre réalité. L'échange très féconde entre personnes venues du monde entier, pour ce qui est de la culture, du mode de vivre, etc, était une vraie source de joie et une belle base de formation humaine. Il est clair que la vie entre êtres humains garde, heureusement, ses caractéristiques propres, donc, l'école n'est pas un lieu où se trouvent de anges, des êtres immatériels, mais des êtres incarnés. De ce fait n'espérons pas que tout soit parfaitement aligné selon des idéaux enfantins, irréels, pour ce qui concerne la vie quotidienne et les rapports entre les personnes. Il y a des difficultés, certes, mais il y a également des richesses, comme dans n'importe quel rapport humain. Cependant, à travers la vie vécue en chrétiens, toutes les composantes de la vie commune et quotidienne sont remises et revues lors des rencontres fraternelles mensuelles, ce qu'on appelait chapitre, où chacune et chacun est invité(e) à rencontrer personnellement les autres pour se dire mutuellement ce que va bien tout autant que ce que ne va pas, et de pratiquer par exemple le pardon donné et reçu. Personne n'y est obligée, ce serait absurde, chacun(e) est invité(e).
Je pourrais vous parler encore et encore de plein de choses concernant Jeunesse Lumière, il y a matière pour ce faire, mais je vais me contenter d'aller vers la conclusion de mon message en vous disant ce qui suit :

Primo :
pour critiquer convenablement et sérieusement Jeunesse Lumière, vous avez besoin de bien plus que quelques idées vagues, bien plus que quelques témoignages (ce que, d'ailleurs, je n'ai pas vu sur votre page, je suis la première ici à donner un témoignage). Vous avez besoin d'une étude sérieuse et de longue haleine, touchant divers aspects concernant l'école, comme ses principes, ses pratiques, les gens qu'y ont vécu et les gens qu'y vivent, etc, pour que vous puissiez seulement ensuite affirmer des choses bien fondées;

Deuxio :
il est évident que cette expérience ne s'adresse pas à toutes les personnes, elle peut être effectivement peu profitable, voire dangereuse, pour personnes souffrant de troubles de la personnalité et pour personnes psychotiques. Sachez, nonobstant, qu'il y a une période de discernement et d'entretiens préalables pour vérifier de part et d'autre, soit la personne et l'école, s'il y a lieu de faire cette expérience. Et si cela ne suffi pas, pendant l'année, autant l'école que la personne y séjournant, peuvent envisager l'interruption de l'expérience;

Tertio :
il ne s'agit nullement d'une secte. Examinez la définition du terme et procédez aux études comme indiqué ci-dessus afin de vérifier s'il y a lieu de parler de secte . Je vous affirme en connaissance de cause que ce n'est pas le cas.
Je vous souhaite d'être plus prudents à l'avenir quand il s'agira de critiquer ou simplement de parler d'église, de mouvements, de personnes ou de n'importe quel autre sujet d'actualité ou d'intérêt public. Évitez le vite dit, le mal dit ou le trop dit.
Au plaisir de vous revoir !

4.Posté par Marc Bourgault le 15/08/2013 04:39
J'aimerais vous rappeler que le mot secte veut dire :
Le mot secte a d'abord désigné soit un ensemble d'individus partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc. soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une Église et qui ont créé leur propre doctrine. Une secte peut aussi désigner une branche d'une religion, une école particulière. En ce sens, ce mot n'a rien de péjoratif.
Cependant, ce terme a pris une dimension polémique, et désigne de nos jours un groupe ou une organisation, le plus souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société. Généralement, les responsables de ces groupes sont accusés d'une part de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples, afin de s'approprier leurs biens et de les maintenir sous contrôle, et d'autre part d'être une menace pour l'ordre social.
Cette connotation négative de « secte » est récusée par la plupart des groupes visés, ainsi que par certains juristes et sociologues. Pour dénoncer des activités éventuellement néfastes de certains groupes, l'expression dérive sectaire est devenue récemment la formule officielle de certaines structures gouvernementales comme la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) en France.
Enfin, le mot « sectaire » est passé dans le langage courant et désigne une personne fermée à toute discussion, prompte à rejeter autrui, à le mépriser et à le catégoriser.
sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Secte

Pour avoir été à Jeunesse Lumière lors de sa première année de fondation, je vous assure que Jeunesse Lumière est loin d'être une secte et si cela avait été le cas, j'y serais encore... et bien non, je suis parti de là de mon plein gré.

J'espère que "ancienne JL" réussira à se relever de son expérience qui semble avoir été décevante. Cependant, j'ose douter que "ancienne JL" en soi vraiment une ou un. Lorsque l'on émet de tel propos, je pense que la moindre des choses est de s'identifier et surtout d'apporter des éléments objectifs, des faits... sinon cela risque fort de ressembler à des faussetés dans le but de salir...

Marc Bourgault, Québec

5.Posté par iris le 15/08/2013 17:44
Je suis tout à fait d accord avec toi Marc. c'est exactement ça, le mot sectaire désigne aujourd'hui dans l'esprit des gens communs "des personnes fermées à toute discussion, prompte à rejeter autrui, à le mépriser et à le catégoriser".

Il faudrait donc apprendre à admettre que certaines personnes aient des points de vue différents...
Personnellement, je respecte ton témoignage, mais crois moi, je ne suis pas venue ici dans le but de salir... mais juste de prévenir...

Pour ma part c'est la dernière fois que je prend part à la discussion, je me suis juste permise de te répondre après avoir vu ton commentaire.

Iris

6.Posté par Anne-Cécile le 11/02/2016 20:03
Personnellement, j'ai été une année à Jeunesse Lumière, et cela a été une belle expérience.

Contrairement à ce qu'on peut croire, la vie y est très concrète, et loin d'être déconnectée de la réalité.
Je dirais même qu'elle l'est davantage dans le sens où:

- On apprend à vivre avec d'autres personnes que l'on n'a pas choisies: en les acceptant telles qu'elles sont (on ne peut pas les fuir comme cette possibilité se présente parfois dans notre vie de tous les jours).

- On apprend à s'exprimer au sein d'un groupe, à évoluer à travers la vision différente de chacun, et à faire évoluer chacun par ce que l'on est.

- On prend du recul sur ce que l'on veut vivre par la suite, et une année de "pause" (qu'elle soit humanitaire, ou dans une école comme celle là) permet d'être en vérité avec ce que l'on est. Pas facile de se poser, de faire le point sur soi, d'être en vérité avec soi.

- On rencontre des personnes qui viennent de tous les horizons: de différents milieux sociaux, différents pays, et à travers des missions de bénévolats: des personnes malades, en difficulté sociale... Personnellement, je n'ai pas toujours eu cette chance dans mon quotidien. Et comme le dit Iris: des professeurs, médecins, représentants religieux d'univers riches et variés.

- On a la possibilité à travers des cours de qualité de réfléchir à des sujets intéressants: rapports inter-religieux, psychologie humaine, philosophie...

- On se rend compte à travers le fait de tout lâcher pour une année que finalement l'essentiel n'est pas là où on pensait: dans un boulot, un cercle social... mais qu'il est: dans ce que l'on est, dans des amitiés fidèles. Je me suis rendue compte à travers cette année de la valeur des amitié qui m'enrichissaient.

- On apprend à être responsable et à se sentir concerné par ce qui est vécu: à travers la cuisine faite pour tous, le ménage dans un lieu commun... On prend soin du lieu où l'on vit: n'est-ce pas formateur pour vivre en société? Cela se rapproche du soucis que l'on a aujourd'hui de l'écologie par exemple.

- On a l'opportunité de s'affirmer vis à vis de notre entourage en faisant un choix personnel, qui nous permet aussi de s'affranchir du regard de ceux qui ne sont pas "pour". Je crois que cela permet une certaine maturité.

- On découvre un nouveau diocèse: celui d'Albi, auquel l'école est rattachée, et à travers lui une réalité de la pratique chrétienne aujourd'hui.

Personnellement, certains de mes amis, ne connaissant pas l'école, se sont posé des questions sur ce que je vivais, ce que je comprends tout à fait. Ce commentaire est là pour rassurer ceux qui seraient dans le même cas qu'eux.

C'est une belle année, qui permet de se construire. Ce qui est proposé: temps de prière, formation théologique et humaine, ouverture aux autres, me semble sain d'esprit.

Être stable sur le plan psychologique me paraît effectivement une bonne chose pour vivre cette expérience: la vie à plusieurs quand on ne s'est pas choisis est un travail sur soi, qui demande de savoir maîtriser ses émotions.

Il faut aussi pouvoir prendre du recul par rapport à ce qui est vécu, comme dans beaucoup de choses.

Si vous avez l'occasion de venir, vous seriez peut-être agréablement surpris?

Je pense qu'on peut en tout cas essayer de comprendre ce choix :-) même si c'est un peu déroutant...

Cela vous permettra d'être rassurés quant à ce que vous imaginiez, et de rétablir une réalité. Ce serait dommage de désespérer d'une chose qui n'est pas telle de que l'on croit, et qui non seulement n'est pas ce qu'on croit, mais est en plus une bonne chose!

En ce qui concerne la foi... c'est une rencontre... Elle n'est effectivement pas compréhensible par tous, et reste un mystère pour ceux qui la portent également!

Anne-Cécile

7.Posté par George le 27/12/2016 15:50
Bonjour, je pense pour y être passée que Jeunesse Lumière manque de remise en question sur sa pédagogie intérieur.
J'ai entendu dire que les jeunes qui fond une deuxième année ne se sente pas écoute, soutenu et cela je le trouve malheureux que des jeunes qui se donnent en 2ème année pour redonner la joie de leur année aux Jeunes qui sont en première.
Se retrouve à croire que les personne qui sont là pour les soutenir ne leur fait pas confiance, car si j'ai bien compris, il y a des personne adultes qui encadre les 2ème années pour les soutenir et leurs faire confiance, mais cela n'a pas l'air d'être le cas !

Mais j'ai perçu que malgré cela Dieu agissait dans les cœurs des jeunes et qu'il ne les laissait pas abandonnés.

Il est temps que Jeunesse Lumière se laisse renouveler par la Lumière de Jésus.
George

Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 11:40 Rogue one : A Star Wars Story

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE