Le Projet Fedorov



Prologue

Le Projet Fedorov
2036, la conquête spatiale se poursuit sans répit. Des milliers de planètes doivent être colonisées pour accueillir les ressuscités. La première phase du «Projet Fedorov» est en passe d'être accomplie.
Nicolas Fedorov (1828-1903), le père du cosmisme russe, est l'auteur de la «Cause commune» qui a exercé une influence décisive sur le président américain Georges Bush, assassiné en 2016 par un islamiste irakien. En 2004 le texan lance un programme spatial fondé sur l'eschatologie fedorovienne. En 2012, les premières expéditions partent «vers des mondes au-delà des nôtres»...
La solidarité morale des hommes dans l'ordre du temps ou dans la succession de l'existence, c'est là le thème central de l'enseignement de Nicolas Fedorov. Rien ne lui semblait plus odieux que l'oubli des ancêtres, l'indifférence à leur sort et le refus du salut universel, qui trouvent leur source dans l'individualisme et l'égoïsme religieux transcendant. Ce penseur, se réclamant de l'Orthodoxie, croyait d'une foi absolue dans les possibilités de la science. Il appelait les hommes à une «œuvre commune» où la religion, la science et la technique s'uniraient pour préparer la résurrection de tous les hommes ayant vécu sur la terre. Collaborer à l’œuvre du salut, diriger le monde vers la vie éternelle, voilà la mission inouïe qu'il leur assignait. Cette mission passait selon lui par la maîtrise des éléments naturels et la...conquête de l'espace.
«Pour les hommes de la Terre, écrivait Fedorov en 1880, les mondes de l'Espace abriteront les maisons de leurs ancêtres, et ces mondes seront accessibles aux ressuscités et à ceux qui ressusciteront. L'exploration de l'Espace Intersidéral signifie la recherche de ces mondes habitables, et la préparation de ces maisons.
Cette conquête de la route de l'Espace nous est absolument imposée comme un devoir pour préparer la Résurrection. Sans la prise de possession de nouveaux espaces, il n'y aura pas assez de place sur Terre pour la co-existence de toutes les générations ressuscitées» (Nikolaï Fedorov, L'Avenir de l'Astronomie et la Nécessité de la Résurrection, 1880).

2039 : L'évêque-cosmonaute de la Fraternité Saint Pie X, John Fellay revient sur terre après un périple intergalactique qui l'a conduit jusqu'aux tréfonds de l'univers... Il y a repéré une petite planète habitable, baptisée Antiquus...Son dessein est d'y instaurer le culte de la Tradition, de bâtir une société parfaite où tous les hommes se soumettraient sans broncher à «l'ordre voulu par Dieu».
Quelques mois après tout ce qui reste de la Chrétienté embarque dans l'Arche du Salut, la navette spatiale de la Fraternité : curés, tradinettes fashions, petits couples, vieilles dévotes, bourgeois fétides, familles neuneus, néo-nazis...C'est le début de l'Odyssée bouffonne de la Tradition...
Un homme manque...un homme qui a osé dire non...le bâtisseur, l'homme d'action, le canonnier de la Fraternité, le puissant abbé Aulagnier, qui a eu le front de s'élever contre les ambitions du spationaute fou...Depuis ce temps, à bord de son vaisseau, le Saint Michel, il erre dans l'espace intersidérale à la recherche d'une planète accueillante...C'est un SPF (sans planète fixe) de l'espace...

Episode 1 - L'Odyssée de la Tradition

2039 : Des milliers de caravanes spatiales affluent vers les Nouveaux Mondes ...Des aventuriers, des scientifiques, des explorateurs, des familles, des missionnaires viennent peupler les colonies humaines disséminées dans tous les systèmes planétaires explorés. Unis dans l’œuvre commune de la «Ressuscitation» des morts, les hommes redécouvrent la fraternité, la solidarité essentielle exaltée par l'inspirateur de l'«Œuvre commune», Nicolas Fedorov : «Il ne s'agit pas de vivre pour soi-même (égoïsme) écrivait le penseur russe, ni pour les autres (altruisme) : il s'agit de vivre avec et pour tous». Triompher des forces aveugles de la nature, préalable à la domination de la mort, transformer l'amor fati en «haine ardente et totale du sort», étendre l'empire de l'homme, son action régulatrice à tous les mondes et à tous les systèmes sidéraux, ce sont là les principaux objectifs du «Projet Fedorov», culminant avec la tâche universelle de la Résurrection des ancêtres. Cette entreprise mobilise toute l'humanité. L'exploration de l'univers n'est qu'une étape dans la mission universelle de lutte contre la mort et de la Résurrection. Des savants fous, des gourous, des occultistes se livrent aux expériences les plus ahurissantes. Certains ont recours à la magie, d'autres s'adonnent à la nécromancie. Il n'est pas jusqu'aux croyances occultes des francs-maçons du siècle des Lumières qui ne soient l'objet de folles expérimentations. Des illuminés prétendent ainsi récolter la «poussière des aïeux», rassembler les parcelles des corps de tous les défunts, lesquelles selon eux n'ont pu sortir des limites de l'espace.
La décadence de la foi est telle en ce troisième millénaire que la majorité des hommes projettent une résurrection immanente, réalisée avec des méthodes techniques et scientifiques très développées et grâce à des manipulations génétiques...Des millions de cadavres sont exhumés, des ossements humains sont extraits des profondeurs abyssales de la terre pour en extraire l'ADN. On fouille sur toute l'étendue des continents, on dévaste la nature...les espaces vierges sont investis par les machines...tout est ratissé...La terre n'est plus qu'un immense chantier. Bientôt elle sera abandonnée des hommes.

Personne n'envisage un corps ressuscité et transfiguré par la grâce de Dieu, hormis les rares chrétiens qui s'adonnent encore à la contemplation des mystères. Eux-seuls prennent au sérieux cet avertissement de l'Apôtre : «Nous ressusciterons tous, mais nous ne serons pas tous transformés»..Il y a aussi les néo-pharisiens et les musulmans qui attendent le jour du jugement où Dieu rétribuera tous les hommes ressuscités. Les élus seuls seront sauvés, pour les autres, la massa damnata, la résurrection sera l'expression de la colère divine. Cette possibilité d'une damnation éternelle répugne aux chrétiens du nouveau sens religieux, qui cherchent «le salut total et universel, et non un salut partiel et réservé, où les uns sont condamnés aux souffrances éternelles, et les autres à contempler éternellement celles-ci...» Les prophéties apocalyptiques sont conditionnelles professait Fedorov. Elles se réaliseront si l'homme ne collabore pas à l’avènement du Royaume de Dieu. La fin du monde dépend de son activité créatrice. En se soumettant à une "œuvre commune" où chacun est appelé à collaborer au salut du monde, l'humanité peut éviter le jugement dernier et les châtiments éternels...

Rome, le Vatican...
Le Cardinal Esteban, préfet de la Congrégation du Clergé, a convoqué une réunion plénière de la Commission pour le retour à la communion des frères séparés de la Tradition, avec tous ses membres, auxquels se sont joints les préfets de la congrégation pour la doctrine de la foi et du culte divin.

- Messieurs, l'heure est grave. Nos frères séparés de la Fraternité Saint Pie X ont pris la poudre d'escampette. Selon nos informateurs ils filent à la vitesse de la lumière vers une planète située dans la constellation de la Mouche (Musca pour les latinistes), une petite planète perdue aux confins de l'univers. Ils ont embarqué tous leurs fidèles. Ces braves gens ont-ils la moindre idée des dangers qu'ils vont devoir affronter ?...Leur vaisseau spatial pourrait s'égarer dans l'espace infini. Sans parler des rencontres du troisième type, et puis...imaginez...oh non...imaginez mes frères qu'un trou noir les engloutisse comme une vulgaire crotte...J'ai des sueurs froides rien que d'y penser...les derniers vestiges de la Chrétienté dissous dans le néant...non...Jamais je n'aurais le courage d'annoncer au pape la nouvelle de leur disparition. Il ne s'en remettrait pas. Vous savez combien il est attaché au Ritus Antiquus dont ces braves gens sont la mémoire vivante...il faut les retrouver à tout prix. L'Eglise a besoin d'eux...nous avons besoin de leur charisme de défense de la tradition pour christianiser le cosmos (cf : formule diplomatique usitée dans les milieux romains pour flatter les traditionalistes rebelles. On n'a jamais pu vérifier sa pertinence)...
- A quelque chose malheur est bon dit le dicton. Ce radicalisme a pu susciter une réaction salutaire chez certains de leurs membres. Connaissez-vous l'abbé Aulagnier Eminence ?
- L'abbé Aulagnier...oui, son nom ne m'est pas inconnu. Il s'agit si je ne m'abuse d'un de ces serviteurs fieffés de la Tradition qui nous mènent la vie dure depuis des années...
- Humm...un serviteur qui fait aujourd'hui moins le malin. Il a tenté de mener une fronde contre le terrible Monseigneur Fellay peu avant le grand départ. Le temps lui a manqué. Un seul homme contre une telle organisation, le combat était perdu d'avance...Personne ne l'a suivi.
- Où est-il maintenant ?
- L'abbé s'en est allé mourir sur la Planète Morte. C'est terrible. Deux de nos chevaliers ont retrouvé sa trace. Louons le courage de ces jeunes garçons qui risquent leur vie. Les Réfractaires ont tôt fait de reconnaître ceux qui ne sont pas des leurs. Malheur à qui s'y aventure sans idée de mort. Il subira le triste sort de tous ces touristes de l'horreur qui pourrissent maintenant dans quelque charnier de ce lieu de malédiction...
- Sa Sainteté est au courant ?
- Bien sûr, c'est lui-même qui leur a confié cette mission secrète

Episode 2

Le Projet Fedorov
On pourrait s'interroger sans fin sur l'impulsion subite qui a conduit l'abbé Aulagnier à poser son Saint Michel sur la Planète Morte. Est-ce le désespoir ? Le sentiment de sa déchéance ? L'odeur de la mort ? Cet homme unique, providentiel, dont la fidélité admirable à la mémoire du fondeur de la Fraternité Saint Pie X et à l'église romaine est cause de tous ses malheurs, a senti l'Espérance mourir en lui, au point de s'identifier avec la lie de l'humanité, les profanateurs de l' «œuvre commune» : les Réfractaires, ces monstres humains qui se nourrissent de la haine de Dieu et refusent de ressusciter.
Depuis plusieurs jours il erre sans but sur leurs terres désolées, arides, de nuit baignées, ces terres désertées par les organisations humanitaires de l'espace et sur lesquelles aucune mission n'a réussi à s'implanter. Les derniers religieux qui ont osé s'aventurer dans cet enfer se sont fait massacrer...
Accompagnons un peu notre errant. Il n'est plus que l'ombre de lui-même. Sa contenance est inerte, son geste endormi et mort. Il marche au ralenti, comme quelqu'un qui a donné sa démission de la vie. En vérité on dirait un fantôme. Extérieurement il ressemble à une loque humaine comme on rencontre parfois dans les grandes métropoles de la Terre. Il porte une soutane crasseuse, déchiquetée, puante...«Encore un prêtre apostat qui vient nous rejoindre ricanent des Réfractaires à son passage...sa foi est morte...Il est des nôtres...». Son visage exsangue, rongé par une barbe poisseuse, ses yeux caves, son front labouré trahissent une désolation sans nom. Il n'est pas rare de le voir parler tout seul. Mais il est si faible que les mots restent accrochés à sa bouche. On dirait qu'il essaie par ces balbutiements pathétiques d'exorciser l'obsession qui ravage son esprit : «La Fraternité s'est envolée vers des rivages célestes inaccessibles gémit-il...Elle s'est détachée de la famille humaine, irrémédiablement...l'organisation a été démantelée, les paroisses sont maintenant vides, désertes, images tragiques de ma solitude...il ne reste plus rien...tout est à l'abandon...je suis seul, atrocement seul...Et si j'allais les rejoindre...il est peut-être encore temps...supplier le Supérieur...lui demander pardon ...Non, non, c'est impossible...ils font fausse route...ils courent à leur perte...mon dieu, mon dieu, donnez-moi la force...secourez-moi...il faut les sauver»

« - Oui monsieur l'abbé vous avez raison, nous devons les sauver. Il est encore temps.
D'où provient cette voix mystérieuse ? Une main s'est posée délicatement sur son épaule. L'abbé se retourne lentement. Ses gestes sont faibles, laborieux...Un jeune homme à la beauté stupéfiante se tient devant lui. Ce doux sourire, ce visage aux traits si fins, si nobles, si purs... c'est un étranger...que vient-il faire sur le territoire des Réfractaires ? Est-ce une apparition ? un Envoyé ?... Et si la mort l'avait déjà happé ?
- Je suis un chevalier de l'Eglise. Mon nom est Nicolas S. Vous m'entendez monsieur l'abbé ? Je suis venu pour vous ramener à Rome....Le pape vous attend. Il veut vous confier une mission. Une mission à votre mesure, digne d'un prêtre de votre stature. Vous avez l'étoffe d'un Maître, celui que nous attendons nous autres jeunes chevaliers. Je sens encore en vous le pouvoir de la Force. Elle repousse les puissances ténébreuses qui vous assaillent. Mais elle faiblit, elle se désagrège, cependant que le Néant vous aspire. Vous devez lutter monsieur l'abbé. Luttez, pour l'amour de l'église catholique.

Le jeune homme lui tend la main, mais l'abbé la repousse avec rage...
- Fuyez démon, fuyez...Vision infâme...les ombres de la mort m'entourent, elles m'envahissent...ahahahah, voyez elles approchent...Venez maudits ! Je me livre à vous. Je vous appartiens...
L'abbé a les yeux désorbités. Il tourne la tête dans toutes les directions, tel un dément qu'on ne peut plus maîtriser...

Le jeune chevalier reste un instant abasourdi par sa réaction. Il essaie de le maîtriser, se débat contre lui. Mais il s'arrête tout à coup. Il vient de les voir lui aussi. Des Réfractaires, mi-vampires, mi-zombies, s'approchent en meutes. Cela dépasse en épouvante tout ce qu'il avait pu imaginer. Combien sont-ils ? La lumière chrétienne qui émane du jeune chevalier les attire comme des vautours.
Notre chevalier ferme les yeux. Il plonge en lui-même pour y puiser des forces spirituelles, seules capables de le garantir de la terreur. Ils affluent de toutes parts. Impossible de fuir. Les Réfractaires se sont organisés instinctivement pour encercler leurs proies.

Le jeune chevalier sort son émetteur... : «Allo Espace 2...ici corsaire de l'espace...Bertrand tu m'entends ? »
Les Réfractaires sont de plus en plus nombreux. Ils ont faim. Le jeune chevalier dont c'est la première mission peine à garder son sang-froid. La peur commence à l'envahir...
- Bertrand, réponds bon sang...
- Allo oui Nico...Excuse-moi, j'étais en train de changer une pièce du réacteur atomique. Alors les Réfractaires, quelle gueule qu'ils ont ? T'en a repéré des jolies ?
- C'est pas le moment de déconner espèce de chrétien de foire. Ici c'est pas l'ambiance hawaïenne. Si tu rappliques pas tout de suite, on va se faire dévorer tout cru...ils sont des centaines, ils arrivent de partout. On dirait qu'ils veulent tâter mon sabre laser. Dégagez sales bestioles...Bertrand, magne-toi...je ne pourrais pas tenir longtemps...Restez près de moi monsieur l'abbé...On va s'en sortir...Bertrand...BERTRAND....

Episode 3

Le Projet Fedorov
Le jeune chevalier mobilise toutes ses forces pour repousser la marée des Réfractaires assoiffés de sang. Sa défense acharnée et héroïque les enferme, lui et l'abbé Aulagnier, dans un petit cercle que les zombies n'arrivent à pénétrer. Comment expliquer le prodige de cette résistance ? Pour comprendre, il faut revenir en arrière.
Nicolas S, après de brillantes études universitaires, marquées par l'obtention d'une licence de thomisme et d'un doctorat sur la philosophie religieuse russe du 19eme et du 20eme siècle, a choisi de devenir un serviteur de la cause religieuse en intégrant une confrérie conciliaire organisée pour lutter contre la mainmise des athées et des franc-maçons sur le Projet Fedorov. C'est dans ce dessein qu'il est devenu un chevalier de l'Eglise. Mais on ne s'improvise pas chevalier. Il faut des compétences, des dons, un sens du sacrifice, et surtout cette innéité de la Force que les Maîtres de l'Eglise ont rapidement décelée en lui. Pour devenir chevalier il a dû se soumettre à un entraînement intensif et suivre une formation spéciale durant trois longues années. C'est ainsi qu'il a appris à piloter les navettes spatiales les plus puissantes et surtout, en étant guidé par des maîtres spirituels, à maîtriser la Force. Ces Maîtres l'ont également initié au Ju-Jitsu, l'art martial de self-défense par excellence, et au maniement du sabre laser, son arme maîtresse, la plus adaptée aux règles strictes de la légitime défense. Aucun catholique ne pourrait soutenir en 2039 que l'idée de la non-résistance au mal exaltée en son temps par Léon Tolstoï puisse être interprétée dans un sens chrétien.
Formé par les prévôts d'escrime de l'église romaine, il est passé maître dans cette noble science. Il restait des journées entières dans les salles d'armes du Vatican à peaufiner ses bottes, à affiner ses ripostes et mettre au point des coups imparables. L'aisance avec laquelle il se meut, l'épée à la main, sa souplesse naturelle, son agilité, sa régularité académique, alliée à un don d'improvisation, une audace sans pareille, le rendent proprement redoutable. Ayant atteint à l'excellence dans la pratique de l'escrime, il a poursuivi sa formation auprès des Maîtres qui lui ont enseigné l'art du sabre laser.
Son combat contre les Réfractaires marque le début de la mission Wojtyla pour laquelle toutes les forces du catholicisme ont été mobilisées. Le 1er objectif est clair : réaliser l'union des chrétiens....
Avant de poursuivre notre récit haletant, il convient de brosser le portrait de Fedorov, qui va éclairer bien des zones d'ombre (pour le portrait physique,voir image ci-dessus).

C'est un honneur que de présenter Nicolas Fedorov, misanthrope génial dont le nom resta de son vivant inconnu du grand public, obscur bibliothécaire au musée Roumiantsev de Moscou, penseur fécond dont les idées originales influencèrent les plus grands auteurs russes de son temps, Vladimir Soloviev, Léon Tolstoï et Fiodor Dostoievski. Beaucoup de russes aiment à le représenter comme un saint non canonisé.
Fedorov brûlait d'une vie spirituelle intense. Il occupait une chambre minuscule, dormait quelques heures par nuit, sur une malle. Il se nourrissait de thé et de petits pains ou encore de poisson salé, se passant de plats chauds pendant des mois. L'argent lui était odieux (« c'est un vrai chrétien disait de lui Léon Tolstoï. Etant pauvre, il donne tout; il est toujours gai et humble ») Il recevait un salaire minime et refusait toute augmentation. Il ne voulait posséder aucune propriété personnelle, ne portait jamais manteau d'hiver et se déplaçait à pied. Doué d'une grande humilité, il refusait toute publicité pour son œuvre, publiait ses articles sous un pseudonyme et parfois ne les publiait pas du tout. Sans le dévouement de ses amis qui firent éditer son œuvre majeure, La philosophie de la cause commune, on n'aurait jamais rien su de cet homme obscur qui a changé la face du monde.

Dans le secret de sa petite cellule qu'il occupait pendant sa formation de chevalier, Nicolas S a pu méditer en profondeur la doctrine de Fedorov, tout entière éclairée par l'Evangile chrétien de la Résurrection. Fedorov était un fils de l'Orthodoxie dont Pâques est le mystère central. «Le Christ est ressuscité !». Au fond de sa doctrine étrange il y a une idée religieuse, une aspiration puissante à un salut entier et universel, en consonance avec la propre quête spirituelle de notre chevalier : « Nous sommes les gardiens de nos frères ruminait-il bien souvent la nuit venue, dans sa cellule plongée dans l'obscurité...Nous devons tendre de toutes les forces de notre esprit à ce que tous les hommes participent au salut...Urs von Balthasar le disait déjà...Nous devons nous sauver tous ensemble, en communion et non pas isolement...se résigner à la perdition de tous...non, non c'est impossible...nous devons faire de cette œuvre commune que les hommes entreprennent de réaliser une œuvre vitalement chrétienne. Le Projet Fedorov nous ouvre les portes de l'espace...Il nous faut maintenant travailler à la spiritualisation et à la transfiguration du cosmos, lui donner son sens christologique, collaborer à l’œuvre divine du salut, préparer la Résurrection transcendante. Le christianisme n'est pas une doctrine, une conception de la vie, une idéologie, c'est l’œuvre, oui c'est l’œuvre même du salut...La passivité, la paralysie des chrétiens, est une conséquence du monophysisme et de leur rupture avec la divino-humanité...impuissants à appréhender le mystère terrible de la liberté, ils s'accrochent comme des mouches à une notion fétichiste et pitoyable de la Providence qui achève de les discréditer...rien n'est dû...oui, rien n'est dû...» Nicolas S. achevait ces colloques intérieurs dans des convulsions quasi-épileptiques. En proie à des tensions d'âme indicibles, saisi de frénésies, trempé de sueur, il se précipitait hors de sa cellule et s'en allait sur les routes et par les chemins déserts pour essayer d'échapper à ce monologue torturant. Ce n'est qu'au petit matin qu'il retrouvait un semblant de paix...
.............
Cerné par des hordes de Réfractaires, Nicolas S se bat comme un beau diable. Mais il commence à faiblir, ses forces déclinent, sa respiration devient haletante. Il va bientôt céder. Et surtout il vient de s'apercevoir que l'abbé Aulagnier n'est plus à ses côtés. Il a échappé à sa protection. Le malheureux est là, à quelques mètres de lui, hébété, sans défense...des zombies l'ont attrapé...horreur...l'abbé s'écroule sous leur poids, il est traîné sur le sol comme une bête ...ils vont le saigner, lui sucer le sang...Puisant dans ses dernières forces, notre chevalier tente de se défaire des monstres pour venir à son secours. Il frappe maintenant en aveugle, dans tous les sens...peine perdue, un Réfractaire vient de le saisir par la gorge, tous les autres lui tombent dessus. C'est la fin, pour lui, l'abbé...et la Tradition, vouée sans son sauveur à une perdition certaine...mais au moment où tout paraissait perdu, un miracle se produit. Une énorme explosion retentit à quelques mètres des deux malheureux...et puis une autre...Bertrand D. vient d'entrer en action...Les missiles gama éclatent dans tous les coins... les Réfractaires gémissent, hurlent, fuient. Victoire. Nos deux héros sont sauvés. Nicolas S lève la tête. L'espace 2 décrit des cercles triomphants dans le ciel...L'opération "sauvetage de la Tradition" peut maintenant commencer.

Episode 4

L'Espace 2 se pose lentement sur le sol. Le sas s'ouvre devant Nicolas.S dont le visage ensanglanté donne une idée de la violence du combat qui vient de se dérouler. Armé de son seul sabre laser il a terrassé des dizaines de monstres tout en protégeant l'abbé Aulagnier, venu chercher la mort sur cette planète funèbre. Notre vaillant chevalier est à bout de forces, c'est à peine s'il arrive encore à tenir debout. Le malheureux abbé gît inanimé à quelques mètres de là sur le sol terreux, le corps recouvert de poussière. On ne discerne même plus sa soutane.
...Bertrand D sort du cockpit. Débraillé comme à son habitude, la chemise ouverte, les cheveux ébouriffés, mal rasé, il fait partie de cette nouvelle génération de catholiques insoucieux des apparences et des convenances, libres intérieurement, unis par la quête eschatologique du Royaume de Dieu et de la Transfiguration universelle en Christ. Face à lui, Nicolas S a des allures d'enfant de chœur. Qui pourrait croire que ce garçon, le pilote le plus prometteur de sa génération, est un des fers de lance de la Tradition catholique, un de ses plus nobles serviteurs et que ses meilleurs amis sont des moines bénédictins ? Bertrand D est très pieux. Mais sa piété se conjugue avec un sens de l'action qui le distingue de la plupart de ses coreligionnaires qui semblent frappés par une maladie de la volonté. Il a en commun avec Nicolas S de s'illustrer aussi bien dans les missions périlleuses que dans les controverses intellectuelles. Il est l'auteur d'une brillante étude sur la portée cosmique de la liturgie tridentine, dont des prélats modernistes ont tenté de bloquer la publication. L'intervention du préfet de la congrégation pour doctrine de la foi a mis fin à leur odieuse entreprise. Il n'y a pas l'ombre d'une réticence dans son attachement au Ritus Antiquus. La Croix rédemptrice selon sa thèse peut seule ouvrir la voie à la transfiguration de l'univers, à la libération du cosmos. Il n'existe pas d'autre voie...Nous aurons l'occasion de revenir en détails sur cette étude remarquable qui fait maintenant autorité...S'il a accepté la «mission Wojtyla», c'est pour sauver ce rite vénérable, conservé comme une relique, et à leur seul profit, par les traditionalistes de la Fraternité Saint Pie X partis vers les confins de l'espace (voir épisodes précédents)...

Bertrand est arrivé à la rescousse au moment le plus critique du combat. A quelques secondes près, Nicolas S et l'abbé Aulagnier se faisaient déchiqueter par les hordes de morts-vivants.
Il se précipite vers son ami et dans un élan impétueux le serre dans ses bras. Nicolas S. se raidit sous l'effet de la douleur :
-Ola Bertrand, trêve d'effusions, j'ai le bras en compote, je suis cassé de partout...
- Bordel Nicolas tu peux pas t'imaginer ma frayeur. J'ai vraiment cru que j'arrivais trop tard. Ce foutu réacteur atomique refusait de démarrer. Quelle saleté ! J'ai jamais autant gueulé de ma vie, tellement qu'il est reparti tout à coup. C'est vrai que t'as l'air mal. On va te remettre sur pied, tu vas voir...Et ?..
Bertrand D parcourt du regard le sol jonché de cadavres fumant.
- Et l'abbé Aulagnier ? Il est...?
- Non, t'inquiète, il est sain et sauf, juste un peu amoché. Il a perdu connaissance. Ce qui m'inquiète le plus en fait, c'est son état spirituel. La Force l'a déserté. Le départ de ses amis prêtres et des fidèles l'a comme anéanti. C'est toute sa vie qui s'est envolée avec eux. Son sens de la catholicité n'était pas assez développé, voilà tout. Il a trop respiré l'atmosphère du milieu, un milieu qui s'est fermé et sclérosé avec les années. Il eût fallu réagir beaucoup plus vite. L'indifférence des vaticanistes, confinant au mépris, n'a fait qu'accentuer la séparation avec les sectateurs de la Tradition. Ils les ont condamnés à un isolement mortel. Et que dire de leurs manœuvres inhabiles pour absorber les îlots traditionalistes échappant à son emprise. Ils ont cru que l'on pouvait gérer ce problème comme un dossier relevant de la diplomatie.Le plus invraisemblable dans l'histoire, c'est que des bouffons de foire et des pères de famille pantouflards sont devenus les porte-drapeaux de la tradition catholique, le centre vital de notre foi. On en est arrivé au point où certains de ces énergumènes n'hésitent pas à instrumentaliser la Croix à des fins idéologiques. Il fallait les arrêter. Quelle négligence de la part de nos prélats ! Quelle folie !...La fuite de la Fraternité Saint Pie X met en péril le catholicisme...Dépossédé de la tradition, de sa tradition, il est menacé de mort...
Ces derniers mots, Nicolas S les prononce lentement. Sa voix est chargée de souffrance. Bertrand D a remarqué le trouble de son ami.
- Allons Nicolas...c'est ainsi que tu savoures ta victoire ? Tu as sauvé l'abbé Aulagnier. C'était crucial. Nous allons maintenant pouvoir passer grâce à toi à la deuxième phase de notre mission. Avec l'abbé à nos côtés tout est possible..
- En tout cas il est notre seul espoir...
- On ne le saura Nico que si l'on déguerpit d'ici au plus vite. Des brigands et des raskols stationnent au-dessus de la Planète Morte. Tu sais bien que les forces de sécurité interplanétaire ont ordre de ne jamais franchir son orbite. C'est une zone de non-droit. Il faut foutre le camp, et rapido..S'ils nous repèrent, nous sommes foutus...Va prendre ta place dans le cockpit. Je vais chercher l'abbé et hop on dégage...Nous retournons à Rome. Il n'y a plus une minute à perdre.

Episode 5

Nicolas S. est debout sur la petite passerelle de l'Espace 2. Il jette un dernier regard sur la terre ténébreuse où il a failli perdre la vie, «terre de misère et de ténèbres, couverte de l'ombre de la mort ; où ne se trouve nul ordre et nulle rédemption, mais où habite la sempiternelle horreur» (Matines des morts). Une lumière jaunâtre émanant d'un soleil agonisant dans les profondeurs de cette galaxie abandonnée renforce l'impression de cauchemar...Des ombres émergent des nappes de poussière soulevées par le vent glacial. Ce sont eux. Ils reviennent...Ils fondent sur les cadavres pour sucer leur sang encore chaud...Ce sera sa dernière vision de cet enfer où les missionnaires catholiques, les messagers de l’Évangile, n'ont jamais pu planter la Croix...Images de la perdition éternelle...Nicolas S est parcouru par des frissons d'épouvante. Il sait, car la science de ce jeune chevalier est immense, que dans l'autre enfer le supplice de la privation de Dieu surpasse infiniment tous les autres supplices, toutes les horreurs vues et imaginées...Il ferme le sas brutalement et rejoint le cockpit, le cœur oppressé....

L'Espace 2 s'élève lentement du sol. L'abbé Aulagnier a été placé dans la capsule médicale. Nicolas S s'est installé au poste de co-pilotage, derrière Bertrand Décaillet. Après avoir traversé une zone de turbulence, le vaisseau pénètre dans l'espace. Déjà Bertrand D s'apprête à activer les propulseurs V3 pour rejoindre le point de saut Omega mais une il est arrêté dans son geste par une énorme secousse. Le vaisseau fait une terrible embardée mais Bertrand parvient à le redresser. Une alarme assourdissante retentit...Un missile les a atteints...
« - Bordel, c'est un raskol isolé...Nicolas, donne-moi le rapport des dégâts ? ».
Les deux garçons communiquent par micros-oreillettes
- Un impact à l'arrière, côté gauche de la carlingue. C'est assez grave je crois...Le bouclier thermique est hors-circuit. Et...mince...l'hyper-propulseur est endommagé...»
- Bon sang c'est pas vrai...estimation des dégâts ?..
- Perte d ‘énergie de l'ordre de 1/6 par minute...
- Bordel...sans bouclier nous sommes à la merci du moindre tir bidon de ce gogo...Si l'hyperpropulseur pète, nous n'atteindrons jamais le point de saut. Aucune aide à attendre, nulle part, dans cette galaxie déserte...nos signaux de détresse se perdront dans son immensité glauque...
- Bertrand un autre chasseur fonce droit dans notre direction...Point G4 du radar...Il atteindra notre zone dans 54 secondes...
- Ok Nico enregistre les coordonnés du point de saut, et attends mon signal pour enclencher les hyperpropuleurs...A nous deux mon gros...J'ai quarante sept secondes pour te dégommer et trouver la bonne trajectoire de propulsion...
Bertrand D enfile ses lunettes-radar de combat. En utilisant toute la puissance des réacteurs, il pique vers l'avant en tournoyant sur lui-même, puis redresse brusquement son vaisseau, harcelé par une volée de missiles que lui décoche le Raskol et qui s'en vont éclater dans le vide. L'Espace 2 bondit alors vers le zénith et après avoir exécuté une boucle vertigineuse, plonge vers le chasseur ennemi et en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, le pulvérise...un seul tir a suffi...Bertrand D amorce alors un virage et stabilise la navette qui s'apprête à entrer en hyperpropulsion...
- Nico apprête toi, j'ai presque la bonne trajectoire..
- Bertrand, l'autre chasseur...il approche...un missile longue portée... droit sur nous...
- Attends un peu...j'y suis presque...GO
.............
Quelques minutes ont passé...
« - Le point de saut est devant nous Nicolas ...En sortant de l'hyperespace, nous nous trouverons non loin de la lune...Rien ne m'enchante tant que d'orbiter autour d'elle, tel un galantin voletant près de sa chérie. J'aime à m'imprégner de sa clarté bienfaisante. Il m'est alors loisible de méditer sur sa symbolique cosmique. La lune qui diminue, disparaît puis croit à nouveau correspond pour nous chrétiens au mystère de la mort et de la résurrection ...Ce Signe au-dessus de nos têtes, depuis toujours. Quelle source d'espérance pour tous les hommes ! Cette douce et chère lune...
- On pourra peut-être s'accorder près de cette bien-aimée une petite halte méditative mon cher Bertrand...On l'a bien mérité.
- Hélas le temps nous est compté. L'Arche du Salut de la Fraternité Saint Pie X poursuit sa folle course dans l'espace. Ils doivent être déjà loin. Au sortir du point de saut nous retournerons directement à Rome. Nous y serons dans deux jours. Nous attendrons que l'abbé Aulagnier se rétablisse, puis, avec lui, nous nous lancerons à leur poursuite...
- Brrr, dis-moi, Bertrand tu n'as pas un programme plus réjouissant ? Tout de même, je me demande bien comment ils ont organisé leur vie à l'intérieur de l'Arche.
- M'est avis que seul un auteur de récits bouffons pourrait nous le dire. Je n'ai pas cette compétence. N'oublie pas seulement une chose : la plus parfaite des communautés peut être le plus horrible des enfers...


Episode 6

L'Espace 2 se pose sur un astroport proche de la place del Populo. Un haut prélat sort de sa papa-speedair pour accueillir les jeunes aventuriers. Il est accompagné par une équipe médicale chargée de transporter la capsule où repose l'abbé Aulagnier au grand hôpital de Rome. Bertrand Décaillet sort le premier : «Eh bien, je suis pas mécontent de poser à nouveau les pieds sur notre bonne vieille terre. J'ai jamais vraiment goûté les aventures intergalactiques. Elles me conduisent toujours trop loin du monastère, ma seule véritable demeure. Mais puisque nous sommes d'abord au service de l'Eglise, il faut bien se soumettre, n'est ce pas ?...»
Le cardinal Gonzalez s'approche, tout sourire.
- Mes hommages éminence...Mission accompli...je n'ai rien d'autre à ajouter lance Bertrand d'un ton jovial
- Félicitations mes jeunes amis. J'ai appris, poursuit-il en se tournant vers Nicolas S que notre apprenti chevalier s'était particulièrement illustré pendant la bataille. Vous vous êtes acquitté avec brio de votre première mission jeune homme. Vous allez maintenant pouvoir intégrer l'Ordre. En attendant je vous invite à me suivre. Nous allons vous conduire jusqu'à vos quartiers où vous pourrez vous reposer quelques heures. Ce soir doit se tenir la réunion du Grand Conseil qui sera présidé par le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, assisté par le secrétaire particulier du Saint Père. Tous les Maîtres y assisteront. Vous y êtes bien sûr conviés. Nous n'aborderons peut-être pas le sujet de la désertion de la Fraternité Saint Pie X. Nous sommes confrontés à d'autres urgences. Des événements inouïs sont survenus pendant votre absence... des clones...des clones, rendez-vous compte...
Ces derniers mots sont prononcés d'une voix tremblante, presque inaudible. Une expression d'effroi se dessine soudainement sur son visage. Ses traits se contractent. On dirait qu'il se débat contre une vision d'épouvante. Que voit-il ? Que sait-il ? Ce changement si brusque dans la physionomie bonhomme du cardinal impressionne nos deux héros qui ne savent plus que dire...
- Et notre mission, lui demande tout à coup Nicolas S, après un long silence, l'opération «sauvetage de la Tradition» ?
- Patience messieurs, vous en saurez plus ce soir...
Tous trois se dirigent silencieusement vers la voiture volante du cardinal. Avant de s'y engouffrer, Nicolas S se tourne vers la navette. Les infirmiers en ont sorti la capsule médicale. Ils l'introduisent avec force précautions dans une ambulance.
- Ne vous inquiétez pas pour lui. L'abbé Aulagnier va être confié aux soins des meilleurs spécialistes catholiques...Vous l'avez tiré du séjour des morts, au péril de votre vie. Mais on en sort pas sans graves séquelles. Il lui faudra du temps pour recouvrer toutes ses forces....
Nos deux héros pénètrent dans la papa-speedair et prennent place en face du cardinal...
La voiture décolle et en quelques secondes elle se trouve au-dessus du centre de Rome.
................................
Le Vatican. Un garde suisse introduit Nicolas S et Bertrand D dans une grande salle majestueuse. Le Préfet, le secrétaire du Pape, le cardinal Gonzalez dont dépendent les chevaliers du Concile, les Maîtres et un homme dont ils ignorent l'identité, sont assis en cercle, selon l'usage du Grand Conseil. L'atmosphère qui y règne est silencieuse et solennelle. Après les salutations d'usage, nos deux héros vont rejoindre leur place. Leur attention est aussitôt accaparée par l'inconnu qui leur fait face, placé entre le Préfet et le Cardinal Gonzalez. Voûté, replié sur lui-même, cet homme, d'une trentaine d'années, au visage blafard, semble atteint d'une maladie dégénérescente. Il est immobile. Quelques lueurs de vie brillent encore dans ses yeux désorbités, implorant on ne sait quoi, un secours, une aide, la mort même, tel un cancéreux en phase terminal suppliant ses proches du regard de l'euthanasier. Cet homme inspire une pitié indicible.
Le préfet prend la parole.
- Messieurs tous vos exploits nous ont été narrés ici même par le cardinal Gonzalez qui ne tarit pas d'éloges à votre égard. Une telle bravoure ne peut rester inactive. C'est pourquoi, dans l'attente du rétablissement de l'abbé Aulagnier, nous avons décidé de vous intégrer à l'opération «menace clonique». Je vous vois ouvrir de grands yeux jeunes hommes. Venons-en donc au fait. Cette mission est en rapport avec ce monsieur assis en face de vous. Je vous présente M.Valent, décédé il y a trente ans d'un terrible accident de voiture et revenu à la vie par ce que d'aucuns appellent les «miracles de la science».
Nos deux héros sont comme frappés de stupeur. Bertrand Décaillet, écrasé par cette révélation, se lève brutalement de son siège ...
- C'est, c'est un ?...
Les mots restent accrochés à sa bouche. Le Préfet acquiesce d'un signe de la tête.
- Mais...il nous entend, il peut parler...
- Non il ne le peut plus. Ses jours sont comptés...Il va mourir...pour la seconde fois...
- Est-ce possible ?
- Hélas oui. L'interprétation matérialiste du Projet Fedorov semble avoir débridé l'imagination de quelques gourous et savants fous. Nous ne maîtrisons plus rien. Nous sommes complètement dépassés. Le Projet passe par une phase d'activisme humaniste et scientiste absolument incontrôlable. Des laboratoires ouvrent partout dans le plus grand secret et en tout illégalité. La résistance que nous opposons au projet de résurrection des ancêtres par des moyens scientifiques semble décupler la rage de nos ennemis qui n'hésitent plus à financer ces œuvres du démon. Nous voyons en ce moment se réaliser ce que le père Boulgakov présentait jadis comme de sinistres hypothèses relevant d'une fantaisie macabre...fantaisie macabre devenue messieurs une réalité sordide. Permettez-moi de vous lire quelques lignes du grand théologien, qui jettent une lumière prophétique sur les derniers événements. Elles sont tirées d'une étude sur Nicolas Fedorov. Il y démontre que toute tentative de résurrection immanente repose sur l'idée que l'âme revient en vertu d'une nécessité naturelle dès que le corps est rétabli, idée absurde car, note-t-il, «tant que son corps n'est pas restauré, l'âme demeure dans une sorte d'anabiose, dans un état de pure potentialité. Cela exclut à l'avance la possibilité pour une âme qui a franchi les portes de la mort de revenir dans un corps nécrosé et détruit pour lui rendre la vie, puisqu'elle aussi a perdu la force vitale» Je vous épargne les détails. Tout cela vous le savez parfaitement. La résurrection de même que la naissance est un acte créateur de la toute puissance divine...c'est une effusion de la force vivifiante de Dieu sur une âme humaine, à savoir un acte théurgique». Ainsi donc à supposer que, je le cite, «les fils parviennent à reproduire exactement l'organisme des défunts selon leur composition extérieure et interne, et que ceux-ci auraient conscience de leur liaison et même de leur identité avec leur précédent double, rien ne serait plus effroyable que cette idée infernale et plus ignoble que cet ersatz de résurrection, que ces automates en mouvement, exactement pareils à des organismes naguère vivants, mais détériorés et cassés ? On est saisi d'un effroi mystique et d'une invincible horreur à la pensée que nous pourrions rencontrer des espèces de doubles mécaniques, contrefaçons d'êtres qui nous étaient chers, et complètement semblables à ceux-ci. Que nous pourrions les toucher, les caresser...». Cette frayeur est devenue nôtre messieurs. M.Valent est un de ces clones «détériorés». Le malheureux a été découvert dans un laboratoire italien démantelé par la police. Sans les informations apportées par un de nos chevaliers dépêchés sur place, ce laboratoire poursuivrait encore son activité criminelle.
Puis se tournant vers nos deux héros :
- Dès demain, après la première messe, vous partirez enquêter sur un réseau scientifique basé en France et qui dispose semble-t-il de grands moyens pour mener à bien ses recherches. Il vous faudra de grandes forces spirituelles pour supporter ce que vous allez voir. Toutes nos prières vous accompagneront pendant votre mission périlleuse...

Episode 7

Telle est la misère de l’homme moyen en ce 21ème siècle qu’on ne peut même plus le distinguer d’un clone, de son double artificiel. L’ingénierie biologique a réalisé des prouesses les premières années. Mais il y a eu beaucoup de ratés qui n’ont pas découragé les plus résolus des scientifiques travaillant sur des projets de résurrection immanente. Autant d’apprentis sorciers qu’on ne peut plus arrêter ni contrôler. Déjà on annonce des clones de nouvelle génération, indemnes de ces erreurs de transcription qui ont été fatales aux premiers. Parmi ces derniers, beaucoup ont fini par mourir, atteints de malformations et de dégénérescence précoce.
Avant d’entrer dans le feu de l’action, Nicolas S et Bertrand D ont étudié la question du clonage sous tous les angles possibles. Ils ont cherché à obtenir des conseils auprès de théologiens éminents rattachés à l’Académie Pontificale pour la Vie. Car leur réaction d’horreur face à l’état des premiers clonés les a induits à rechercher les solutions les plus expéditives : saboter ou détruire les laboratoires clandestins de clonage humain. Mener des actions concertées avec des groupuscules islamo-fachistes ou des écolos afin de détruire toutes les saloperies cherchant à s’implanter ici et là, souvent en toute illégalité et dans l’impunité la plus complète.
Ils ont d’abord pensé que les clones n’ont pas d’âme. Mais, autre hypothèse, à supposer qu’ils aient une âme, de quelle âme s’agit-il ? Et la mémoire ainsi que tout ce qui constitue l’identité de la personne ? Comment dupliquer une personnalité ? Quelle part de la mémoire les implants neuroprogrammés pourront-ils restituer ? Le clonage est-il un projet antichristique, portant en outre atteinte à la dignité de l’homme, à son «droit à un génome unique et non prédeterminé» ? Les questions ne cessaient d’affluer, sans trouver de réponses. Ils avaient besoin de certitudes avant d’agir mais ils s’orientaient dans de mauvaises directions et perdaient de vue le sens de leur mission. L’Espace 2 n’avait plus quitté son hangar depuis des semaines. Mais une seule phrase, une simple phrase, prononcée par Bertrand D, a fini par tout dénouer. C’était au cours d’une conversation. Nicolas S continuait à dénier toute âme aux clonés (il songeait alors à l'âme spirituelle, l’«esprit» dans l’optique des trichotomistes). Un peu lassé, Bertrand D a fini par lui rétorquer :

«Ah parce que tu crois que l’homme moderne se préoccupe d'avoir une âme ?»

Interloqué, Nicolas S a regardé un instant son ami, son visage s’est animé et il a été pris d’un rire franc et libérateur.
A supposer, en effet, que l’origine d’un clone nous soit divulguée, en quoi pourrait-on le différencier de l’homme de ce siècle, l’homme sans Dieu, sans âme, sans cette scintilla dont parlent les mystiques et les théologiens, cette étincelle détachée du brasier divin, et qui nous fait devenir ce que nous sommes ? Peu à peu, nos deux héros se sont rendus à l’évidence : cette discrimination n’est plus permise. Cette Bonne Nouvelle qu’il faut apporter à l’Univers, selon saint Marc, ils doivent la recevoir comme tout un chacun. Ils font partie du projet Fedorov : des milliards d’humains et leurs ersatz, robots et anibots appelés à partir à la conquête de nouveaux mondes.

Ces dernières semaines, Bertrand D et Nicolas S ont réussi à contrecarrer des opérations menées par des groupuscules d’écolos contre un vaste laboratoire de clonage, dissimulé dans les sous-sols d’une blanchisserie industrielle de la banlieue de Milan. Leur but était de tout faire exploser. Avec le soutien d’autres agents de leur Confrérie, Nicolas S et Bertand D ont pu les neutraliser grâce à des tasers à longue portée. Ces écolos sont devenus des experts dans le sabotage et la destruction de tout ce qui se rattache au projet Fedorov. Ils veulent empêcher à tout prix le Grand Départ.
Grâce aux informations fournies par leurs indics, ils ont aussi pu libérer des gamines identifiées comme clones et prêtes à être livrées à des djihadistes d’Afrique et du Proche Orient. Elles ont été confiées à des Sœurs de la Charité qui doivent pourvoir à leur éducation. D’autres communautés ont accepté d’accueillir des néo-humains dont la seule vue ferait reculer d’effroi les plus endurcis des missionnaires. Des manipulations rétro-génétiques les ont transformés en hommes-singes et en hybrides humanoïdes-félidés. On a expérimenté sur eux la possibilité d’une évolution régressive grâce à des procédures relevant du retro-engineering. Lorsqu’il les a découverts pour la première fois, Nicolas S n’a pu réprimer un mouvement de terreur. Mais il s’est souvenu alors de la vieille légende orientale de saint Christophe. Cette légende le dépeint comme un barbare cynocéphale, à tête de chien, faisant fuir d’épouvante tous ceux qui se risquent à l’approcher. Il a fallu une métamorphose, la vraie métamorphose, celle qu’accomplit la conversion, pour faire de lui le Christophore, le Porte-Christ, mort héroïquement en défendant la population chrétienne de Rome persécutée par l'empereur Décius. C’est sous le patronage de ce saint Christophe que se sont placés tous les missionnaires et les Chevaliers engagés dans le Projet Fedorov.
Les communautés dans lesquelles vivent maintenant ces êtres infra-humains sont nées dans la deuxième décennie du 21e siècle. Le Pape d’alors, qui avait adopté le nom de François, exhortait les catholiques à répondre à leur vocation missionnaire et à se tourner vers les «périphéries». C’est chose faite, au-delà de tout ce qu'il était alors possible d’imaginer. Maintenant ils sont prêts. Le Projet Fedorov entre dans sa phase de maturité et l’Église Catholique est appelée à y jouer un rôle de premier plan, le rôle central, qui répond exactement à sa tâche la plus essentielle, celle à laquelle elle ne peut se dérober et qui lui est constitutive : la transformation du Chaos en Cosmos.

Episode 8

«J'ignore le nom de mon âme, j'ignore d'où elle est venue et, par conséquent, je ne sais absolument pas qui je suis» (Léon Bloy, Méditations d'un solitaire)

- Bonsoir messieurs, vous venez jouer dans mon nouveau film ? Je suis contente de vous rencontrer. Je m’appelle Wonder Woman…

Ce sont là les premiers mots que la jeune femme sans nom a adressés à ses visiteurs du soir. Cette première rencontre avec Nicolas S et Bertrand D remonte à plus de deux semaines. Depuis, ils viennent régulièrement la voir pour s’enquérir de son état. Elle occupe une chambre au service psychiatrique de l’Hôpital Sainte-Marie à Nice. Nicolas S a choisi de l’appeler Laura. Peut-être serait-il plus juste de dire qu’elle s’est nommée elle-même, à travers lui. On ne lui connaît pas d’autre nom, sauf celui qu’on a incrusté dans son cerveau et qui lui tient lieu d’identité. Celui de Megan Garner, starlette américaine connue pour avoir joué dans la quadrilogie de Justice League, un reboot de Green Lantern, et un des spin-off des Agents du Shield. Tout cela semble appartenir à un très lointain passé. Le projet Fedorov a rendu ces super-héros totalement ringards. Parmi les rôles phares de Megan Garner, Wikipédia mentionne celui de la petite copine de la Lanterne Verte et celui d’une jolie brunette portant un lasso et des bracelets magiques.

Laura a la vingtaine passée. Elle n’a pas quitté sa chambre d’hôpital depuis des semaines. Elle reste muette parfois pendant des heures avant, subitement, de se répandre en considérations sur tel film de Megan Garner, tel épisode de sa vie, telle idée qui lui vient à brûle-pourpoint. Ses yeux laissent parfois percer la lutte effrayante qu’elle mène au plus intime d’elle-même, en son ultime réduit, en cette mystérieuse «pointe de l’âme» où, selon les grands mystiques rhénans, s’opère l’ineffable origine de notre être. Physiquement, on pourrait la confondre avec Megan Garner, si l’on en juge d’après les photographies de la starlette. Mais celle-ci s’était teint les cheveux et avait eu recours aux implants mammaires pour ressembler à Wonder Woman. Elle avait tout misé sur ce rôle qui devait la propulser au pinacle de la célébrité. Laura, elle, est une vraie brune, à la poitrine généreuse de surcroît. La nature reniée semble avoir pris sa revanche sur l’artifice. Wonder Woman, c’est elle. Pas de doute. Cela saute aux yeux. Sa transformation en Laura, le «devenir ce qu’elle est», s’annonce difficile et douloureuse.

Sur son passé, on ne dispose d’aucune information vérifiable. Elle a pu avoir plusieurs mères et aucun père, son grand-père devant être alors tenu comme le seul père biologique. Dans le domaine de la reproduction non sexuée, les hommes de ce siècle ont expérimenté tous les possibles. On l’a trouvée un jour errant, non loin de l’hôpital. Elle balbutiait quelques mots en anglais et en français. Elle semblait avoir été abandonnée. Par qui ? On a découvert sur elle des papiers au nom de Megan Garner, mais celle-ci est morte depuis plusieurs années. Après une courte enquête, l’Evêché a décidé de la prendre en charge car il ne fait aucun doute qu’elle est un clone. Mais un clone qui a subi une neuroprogrammation visant à la dépouiller de son identité et à la conformer à son modèle, à sa mère donneuse. Sa mémoire est maintenant saturée de tout ce qui a constitué la trame de la vie d’une autre, de tout ce que Megan Garner a voulu immortaliser : sa naissance, son enfance, son premier Spring Break, ses mariages, ses succès, ses convictions idéologiques, ses appétences sexuelles, la mort de son chiwawa. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. L’intrusion transpsychique a provoqué en elle des résistances inexplicables. Quelque chose a échappé aux programmeurs. Quelque chose qui déjoue tous les calculs, quelque chose qui est de l’ordre de l’imprévisible. Certes, Laura a appris à vivre avec un cerveau qui bugue. Mais maintenant son état va en empirant. Et on envisage déjà de la confier aux Sœurs de la Charité, les seules à accepter de s’occuper des rebuts. Elle restera alors cloîtrée, amputée de son nom, à jamais aliénée.

Ce soir encore Bertrand D et Nicolas S sont venus lui rendre visite car son cas ne laisse pas de les inquiéter. Elle se repose. Ils se sont assis des deux côtés du lit…

- Tu sais Nicolas, lui dit Bertrand D, il y a deux manières d’être. La première est très simple : un individu n’est que ce qu’il devient, ce que les interventions extérieures le font, au physique et au moral. Cette jeune femme, on n’a reculé devant rien pour qu’elle devienne Megan Garner. Mais un individu peut être aussi tellement lui-même, s’être si plénièrement réalisé, qu’il cesse d’être ce qu’il devient, pour devenir ce qu’il est.
- Laura ? Tu veux dire ce nom ?
- Oui et ce n’est pas pour rire, innocemment, que tu lui as donné ce nom. Car dans le monde spirituel, le nom, c’est la personne elle-même, c’est la clef d’un être, c’en est le secret.
- Ce nom, nos noms, tous nos noms, dont le dernier livre de la Bible nous enseigne qu’ils sont inscrits dans le registre de vie depuis la fondation du monde.
- Prenons garde, Nicolas, qu’ils n’y soient pas retranchés. Prenons garde que ces paroles redoutables du Rédempteur ne nous soient pas adressées le jour du Jugement : «Je ne vous ai jamais connus : retirez-vous de Moi».

Ils regardent Laura quelques instants puis partent rejoindre leur équipe. Nicolas S se sent mystérieusement lié à la jeune femme car c’est lui qui a divulgué son nom, ce nom inconnu d’elle-même et des autres. Laura, ces deux simples syllabes suscitent en lui d’étranges résonnances. Laura, c’est la femme qu’on aime et qu’on chante, à la manière d’un troubadour chrétien des âges anciens. C’est aussi la femme libre et intrépide dont lui et sa Confrérie ont besoin. Nicolas S sait qu’elle finira par se joindre à eux. Mais maintenant une nouvelle mission les attend. Elle doit les conduire à un centre de nanosciences, situé en Belgique. C’est le jour J-1. Ce centre n’a rien de clandestin mais les expériences qui s’y déroulent laissent présager le pire. L’alerte rouge a été déclenchée.


Episode 9

Le Projet Fedorov
Go, Go, Go… Placé à la tête de l’unité d’intervention, Nicolas S, la lentille nanotech fixée sur la rétine, organise le déploiement de son équipe. Son œil bionique lui permet de maîtriser tous les paramètres d’intervention, quel que soit son angle de vision. Le bâtiment de l’entreprise qui occupe une vaste surface est structuré autour du centre de recherche en nanosciences. Phase 1 : neutralisation en mode furtif des gardes extérieurs. Phase 2 : explosion de la porte. Vigiles, gardes affluent ; les jeunes Chevaliers du Concile essuient des tirs nourris à l’arme automatique. Phase 3 : Abrités derrière leur bouclier blindé, ils lancent des grenades fumigènes. Les gardes tirent à l’aveugle mais, faute de repères, pris d’hésitation, ils cessent un moment de tirer. La tension est à son comble. C’est le moment que Nicolas S choisit pour passer à la phase 4. C’est le moment qu’il choisit pour lancer les hommes-singes. Non pas les bombes-singes que certains armuriers fabriquent encore en hommage au vieux wargame Call of Duty, et à l’efficacité diabolique. C’est pire que ça. Des hommes qui ont voulu se transformer en singes, des hommes-cobayes qui ont été transformés en singes. Des singes-hurleurs qui vont se jeter sur leurs proies pour les neutraliser. L’arme devient inutile. Ils sont l’arme. Dociles aux ordres, capables d’agir en parfaite coordination, agiles et rapides, doués d’une vision en 3D, ils s’enfoncent dans le brouillard de fumigènes. Sidération…Cris…hurlements… Ils ne laissent aucune chance aux vigiles et autres gardes surarmés. Glacés d’effroi, ceux-ci restent prostrés sur le sol. Le sang n’a pas été versé, à aucun moment.

A cet instant précis, Nicolas S comprend que sa Confrérie vient de passer un cap, qu’elle devient proprement redoutable. Il passe en revue son équipe. Voilà les hommes-singes, issus de la technobiologie la plus avancée et qu’ils ont su mettre à leur service. C’est là plus que «se faire des amis du Mammon d’iniquité» pour parler comme l’Évangile ; c’est en faire des serviteurs de l’Œuvre Commune, des serviteurs de Dieu. Voilà Antoine G qui a appris auprès d’un ermite orthodoxe à contenir la fureur des bêtes meurtrières. Xavier A qui le complète le mieux est connu pour maîtriser la technique dite des «hommes-léopards» appartenant à la tribu des Aniotas en Afrique, technique qui le rend apte à téléguider des bêtes sauvages et à les tourner contre des ennemis. Mais ils ont acquis d’autres dons encore : don de télépathie, capacité de contrôler et diriger la matrix magique de l’imagination (1), qui prolongent et même dépassent toutes leurs techniques martiales. Bertrand D lui est un pilote hors-pair. L’Espace 2 est devenu comme un prolongement de lui-même. D’autres encore les rejoindront lors de prochaines missions. Mais ce qui les réunit avant tout, c’est la foi. La foi, au sens médiéval et chevaleresque, et qui fait d’eux les féaux, les hommes-liges, les compagnons de combat du divin Roi. Une question traverse alors l’esprit de Nicolas S : si Jésus refuse le concours guerrier de «douze légions d’anges», n’est-ce pas justement parce qu’Il entend continuer la véritable lutte à la tête des «douze tribus d’hommes fidèles» appelés en dernière instance à «juger les Anges eux-mêmes» ? (2)

Absorbé par cette pensée, il s’avance avec ses amis vers le sas d’accès au centre de recherche. Au début du 21e siècle, les start-ups sur les nanotechnologies ne cessaient de se développer grâce à l’afflux de crédits provenant aussi bien des Etats que des multinationales. Elles devaient devenir le cœur de la prochaine révolution industrielle. Lorsque l’Homme a commencé à se répandre dans le Cosmos, elles étaient parvenues au faîte de leur développement. Les Armées, les Agences spatiales utilisaient l’implant de nanos dans le cerveau à des fins de perfectionnement. Beaucoup de tâches restaient encore inaccessibles aux robots, devenus en cette nouvelle ère les auxiliaires de l’humain….

… Bertrand D, en quelques minutes, parvient à débloquer la porte-sas fermant l’accès au centre de recherche. Ils entrent, laissant les hommes-singes à l’arrière pour garder les vigiles. Ils parcourent lentement le couloir central. Tous les ingénieurs, médecins, infirmières, paniqués, effrayés par les détonations et par l'irruption de ces inconnus, ont cessé leurs activités et se sont regroupés dans les salles de confinement, l’animalerie, les chambres d’hospitalisation ou le bloc opératoire futuriste. Ils passent devant une chambre. Des infirmières, tapies dans un coin, sanglotent, croyant à l’intrusion de fanatiques islamistes. Nicolas S et Bertrand D se dirigent vers le bloc opératoire. Deux hommes en blouse blanche se tiennent debout, près du fauteuil ambulatoire sur lequel est allongé un homme, endormi. Sans doute un de ces patients qui a donné son «consentement éclairé», pense en souriant Nicolas S. Les médecins dévisagent nos deux héros avec mépris et d’un œil scrutateur pour essayer de découvrir leurs motivations. Avant d’entrer tous deux dans le bloc, Bertrand D prend par l’épaule son ami et lui murmure ces quelques mots :

«N’oublie surtout pas Nicolas… N’oublie surtout pas ce texte de saint Paul dont nous avons souvent parlé : ce qui compte, ce n’est pas tellement de connaître Dieu, mais d’en être soi-même connu».

Nicolas S garde un instant le silence, hoche la tête et pénètre dans la salle opératoire..

(1) Voir ma thèse sur la Réversibilité, p. 195 et suivantes.
(2) Le lecteur pourra se reporter à ces passages de la Bible : 1Cor, 6:2-3; Apoc, 7:4-8

Episode 10

Ils ont prévu de tout détruire. Pour la première fois ils vont lutter contre le nihilisme avec des armes nihilistes. Nicolas S et Bertrand D se sont maintenant accoutumés aux fantaisies de la science rock-and-roll, née avec la convergence des technologies à l’orée du 21ème siècle. La conquête de l’espace et ses vaisseaux transporteurs, dont des ingénieurs russes et américains ont réussi à inverser la masse pour franchir la barrière luminique, les essais de résurrection immanente, l’émergence d’humanoïdes, tout concourt à faire de la science la voie maitresse de l’expansion de l’homme, de la réalité augmentée. C’est à peine s’ils s’étonnent encore de la ferveur médiatique que suscitent les concours de bricolage du vivant, véritables joutes en biologie qui opposent des jeunes candidats-chercheurs sélectionnés pour leur inventivité. Ce sont des fils de leur époque, qui ont connu la naissance du Projet Fedorov. Rien ne leur répugnerait autant que d’être accusés de néo-luddisme, rangés parmi les saboteurs écolos-fanatiques. Alors pourquoi cette irruption dans ce Centre de recherches, antenne de la Life Extension Corporation ? Pourquoi deux de leurs compagnons commencent-ils à disséminer des charges C4 dans différents endroits du laboratoire, tandis qu’un autre fait évacuer le personnel apeuré ? Pourquoi cette résolution froide de Nicolas S ?
Il est entré dans le bloc et se tient maintenant face aux deux individus qui dirigent les activités du Centre. Le premier est un neurochirurgien, le second, son assistant-ingénieur, fait office de mind-uploader. Leur technique chirurgicale consiste à associer des cellules neuronales humaines à des dispositifs artificiels.

- Qui êtes-vous, que voulez-vous à la fin ? s’exclame le jeune nano-technicien, la voix empreinte de mépris.
- Nous sommes là pour vous faire partir. Nous ne vous laissons pas d’autre choix que de quitter le bâtiment avec les autres membres du personnel. Nous allons nous occuper de votre… comment dire ? votre patient ?
- Mais savez-vous à quelle organisation vous osez vous attaquer ?
- Oui, elle est des plus puissantes, nous le savons. C’est pourquoi nous souhaitons qu’elle comprenne bien le message, l’avertissement solennel.
- Pauvres fous ! A partir de cet instant vous ne serez plus en sécurité nulle part. Est-ce que vous vous rendez bien compte ? Le bâtiment est truffé de nano-caméras et de capteurs. Vos visages sont déjà scannés, votre voix a été numérisée, vos empreintes décryptées. Il suffira d’une seule donnée pour établir votre identité. Partez pendant qu’il est encore temps.

Nicolas S se tait. Il sait la menace qu’il fait peser sur sa Confrérie. C’est une véritable traque qu’ils vont devoir affronter. La Life Extension Corporation, depuis la promulgation du droit à l’immortalité, érigé en droit universel, n’a cessé d’étendre ses ramifications. Elle rassemble un magma de sociétés spécialisées dans l’ingénierie de la mort, et brasse des milliards pour mener à bien ses projets. Elle ne propose pas seulement à l’homme de repousser les limites de l’âge, mais aussi de devenir a-mortel. Éterniser sa vie, ressusciter hic et nunc, telles sont les grandioses perspectives qu’elle lui promet de réaliser. La compagnie met à la disposition de ses clients un large panel de techniques : de la plus rudimentaire, la cryogénisation, à la plus évoluée, l’uploading mémories pour les corps déjà ressuscités. Comme le corps-copie de Megan Garner, qui a voulu s’immortaliser par le truchement de la jeune femme sans nom, conçue comme artefact reproductible. Ce corps qui est celui de Laura, ce corps qui lui appartient et par lequel elle signifie sa présence au monde. Nicolas S sait qu’il s’expose à la mort en voulant contrecarrer les projets de cette compagnie toute-puissante. Mais il doit l’accepter car, avec ses compagnons, il a pour mission de sauvegarder ce qu’il y a de plus fragile et de plus précieux à la fois, ce que l’homme moderne a choisi de répudier, cet élément sacré que les Grecs et les Chrétiens ont toujours reconnu dans l’être individuel. L’individualité est intangibilis lui avaient enseigné ses maîtres du Vatican. Qu’est-ce que cela signifie, sinon que «chaque être créé a un sens qui lui est propre» selon les mots de sainte Edith Stein, dont il a toujours gardé souvenance. Ce sens correspond à son idée, à son thème, à son image sophianique qui ne peut aucunement se répéter : il ne peut y avoir de jumeaux ontologiques. Megan Garner a déjà suivi sa trajectoire. Laura suivra la sienne, dans la liberté, cette liberté de créature qui fait de l’homme l’agent responsable des destinées du Cosmos.

…. Un silence de mort règne maintenant dans le Centre. Les deux hommes sont conduits à l’extérieur, sous la garde des hommes-singes. Nicolas S est seul. Il s’apprête à enclencher le minuteur. Dans dix minutes tout aura explosé. La traque alors s’organisera et, pour échapper aux représailles, ils devront se disperser, puis vivre quelque temps cachés en camouflant leur identité. La Confrérie sera dissoute provisoirement. Bertrand D trouvera refuge dans un monastère bénédictin, tandis que ses autres compagnons rejoindront une communauté missionnaire en Afrique ou en Asie. Nicolas S, quant à lui, restera à découvert à Nice jusqu’à ce que Laura soit guérie. Le compte à rebours vient de commencer.

Episode 11

Can't you be my cosmic woman ?
I need you, I want you to be my cosmic girl
For the rest of time (Jamiroquai)

Il est heureux que la presse à sensation n’ait jamais été informée de la présence à Nice de la mystérieuse jeune femme qui a prêté sa structure corporelle à Megan Garner. Le secret en effet a été bien gardé. Laura a quitté le centre neuropsychiatrique de l’hôpital Sainte-Marie depuis quelques jours. Les sœurs missionnaires de la Charité ont accepté de l’accueillir dans l’une de leurs institutions. Elle occupe maintenant une petite chambre dans un immeuble du Vieux-Nice appartenant à la congrégation. Nicolas S vient souvent lui rendre visite à la tombée de la nuit. C’est pour elle qu’il est revenu. Il limite au minimum ses déplacements pour éviter d’être repéré. Nul doute que les meilleurs agents de la Life extension Corporation sont déjà à ses trousses. Il sait qu’il n’est pas en sécurité à Nice, ville ultra-surveillée. Des milliers de caméras 360, équipées de morpho-analyseurs, balayent chaque quartier, chaque rue, en ses moindres recoins. Il est évident que l’organisation dispose des ressources technologiques pour se connecter à n’importe quel réseau de surveillance. Jusqu’à quand pourra-t-il échapper à ses traqueurs ? Le temps lui est compté et rien ne permet d’assurer que Laura puisse un jour sortir de son enfermement intérieur. Il se sent responsable de ce qui va advenir à la jeune femme. Car il lui a donné un nom. Pas n’importe lequel. Un nom nouveau, personnel, abolissant le nom-simulacre, sorte de monstre onomastique qui absorbe toutes ses forces vives. L’implant mémoriel connecté à son système nerveux la rend toujours sujette à des troubles dissociatifs. Elle est assaillie de manière récurrente par des pensées, des suggestions et des souvenirs intrusifs. Porteuse d’un fantôme psychique, elle va devoir apprendre à lutter, à le maintenir sous le contrôle de son esprit. Compos mentis disait le latin. Ce fantôme, généré par la technologie dite du nano-remplacement, n’a de cesse de la tourmenter, de faire défiler sur son écran mental des fragments de souvenirs non-vécus, des séquences parfois ininterrompues d’images, qu’elle ne parvient pas à juguler et ordonner. Les programmeurs ont eu tôt fait de constater l’échec de l’opération d’uploading. Ils ont conclu à la bio-incompatibilité de la nanostructure injectée dans son cerveau. C’est ainsi que jeune femme est devenue un rebut, sans identité propre, sans famille, vampirisée par sa mère donneuse mais aussi abandonnée par elle. Car Megan Garner, devenue adepte de spiritisme au soir de sa vie, a sans doute été déjà uploadée vers d’autres supports, «non matériels» cette fois. Les plus grandes firmes de technologie axent depuis longtemps leurs recherches sur le transfert de personnalité vers des ordinateurs ou des robots. Il est d’ailleurs probable que Megan Garner possède quelque part son avatar en trois dimensions qui lui permet d’entretenir sa mémoire chez ses descendants.

Une sœur s’est très vite prise d’affection pour elle. Elle s’appelle Agnès. Elle s’est installée dans une chambre contigüe à celle de Laura. Elle se décrit comme une revenante, qui a su échapper à la perpétuité du «rêve éveillée». On l’a souvent interrogée sur cette étrange expression, qui désigne un état ordinaire de l’être humain, susceptible de dégénérer en pathologie. Elle l’a empruntée à Léon Daudet, pamphlétaire truculent et vitupérant de l’Action Française au siècle dernier. On ignore souvent qu’il a publié des études scientifiques du plus haut intérêt sur le rôle de l’hérédité et de l’esprit dans l’homme. Le rêveur éveillé, c’est celui qui à tout instant est envahi par une pléthore de perceptions, de sensations, de sentiments, d'idées, et mû sans le savoir par ces protagonistes psychiques héréditaires que Daudet appelle les «personimages», ces habitants du moi. Il ne pouvait pas soupçonner à son époque la possibilité d’existence de personimages artificiels. Laura est habitée par le sien, programmé pour l’envahir tout entière et se substituer à elle.
.............
Les jours passent et les semaines aussi. La jeune femme ne se souvient toujours pas de son passé. Tout se passe comme si sa mémoire artificielle avait interféré dans sa mémoire individuelle, au point de la court-circuiter. Sœur Agnès la soutient à tout instant dans sa lutte intime. Elle l’aide à porter son fardeau, comme elle le faisait pour d’autres lorsqu’elle appartenait à la branche des coopérants souffrants de l’ordre des Missionnaires de la Charité. Elle la guide aussi afin qu’elle puisse se tenir en main. Elle lui apprend à devenir maîtresse d’elle-même, mais aussi à exercer sa volonté et son jugement lorsque son esprit est traversé par des pensées programmées. La neuroprogrammation a eu pour conséquence de décupler ses capacités métacognitives. C’est ainsi que le poison est devenu un remède. Sa pensée peut se déployer sur plusieurs plans à la fois. Sans même avoir à s’abstraire de son environnement, elle est capable de fixer son attention sur une chose précise et, simultanément, d’effectuer une plongée mentale visant à désobstruer son espace intérieur, sans cesse menacé par l’afflux d’images parasites. Elle s’adonne régulièrement à des exercices de double et même de triple focalisation afin de garder en toutes circonstances le contrôle de son personimage. Sa conscience s’éclaircit et elle commence à s’ouvrir au monde extérieur...

…. Nicolas S a amené la jeune femme dans une salle d’arts martiaux, qu’il fréquente le soir avec les Chevaliers de Colomb, membres d’une organisation de bienfaisance réservée aux hommes. Il sait que le danger approche et il ne veut pas perdre la main. L’entraînement bat son plein. Un instructeur propose d’initier Laura aux rudiments du sport de combat. Tous les garçons se regroupent autour du tatami. «Je vais appliquer la version douce» lui dit-il, le sourire en coin. Ce qui signifie : aucune frappe, aucun geste brusque, respect de la personne considérée dans sa totalité. Mais l’inattendu se produit. Laura esquive la tentative de saisie et d’un balayage soudain le projette au sol. Décontenancé, le jeune instructeur décide une attaque de niveau 2 qu’elle repousse avant de lui asséner un chassé frontal cinglant. Personne ne comprend. Comment a-t-elle pu acquérir si jeune une telle maîtrise ? Cela a certainement à voir avec le programme qu’on lui a imposé en vue de la conformer à Megan Garner et, à travers elle, à la belle amazone de DC Comics. Les niveaux se succèdent et, à chaque fois, le jeune homme se retrouve au tapis. Il se dirige alors vers Nicolas S et lui dit, d’un ton amusé :
- Tu ne m’avais pas dit que ton amie est encore en convalescence ? Franchement, parfois je regrette que notre organisation soit réservée aux seuls garçons. En tout cas les leçons de Kali Arnis, ça sera pour une autre fois, avec d’autres. Je n’ai pas envie de me faire battre à coups de bâton par une fille, aussi charmante soit-elle.
- Je te le déconseille en effet
- En tout cas elle a piqué ma curiosité. Elle fait partie de votre groupe, de la Confrérie ?
Nicolas S reste un moment silencieux puis répond d’un ton hésitant :
- Je ne sais pas encore.
Il se retourne vers la jeune femme, le cœur serré. Quel sens pourrait-il donner maintenant à sa présence auprès d’elle ? Il est voué à pérégriner ici et à travers des essaims d’étoiles dont lui-même ignore encore l’existence. Il ne pourra jamais s’établir. Laura a repris possession de son identité, de son être véritable. Une nouvelle vie commence pour elle à Nice. Elle peut repartir à zéro. Il la regarde. Ses longs cheveux noirs déployés en cascade, l’harmonie de ses courbes, la force qu’elle dégage, font rayonner sa beauté sauvage, païenne. Les garçons papillonnent autour d’elle. Il va partir….

Episode 12

Le Projet Fedorov
La Grande Mue s’est déjà produite. Le monde a été configuré à la mesure de la techno-science dominatrice. Voici maintenant arrivé le moment cyborg de l’humanité. Ce moment où l’on peut s’éprendre d’une jeune femme neuroprogrammée, s’assoir avec elle à une terrasse au bord de mer, les yeux fixés sur la traînée d’or laissée dans le ciel par les navettes filant vers Alpha du Centaure.

Nicolas S est resté plusieurs jours sans voir Laura. Il préparait son départ. Il préparait sa fuite. Inquiète de son silence, la Sœur de la Charité est venue lui rendre visite. Elle fait partie des rares personnes à connaître son adresse, avec l’instructeur des Chevaliers de Colomb et un Cardinal de la Curie romaine. C’est lui qui a mis à sa disposition le petit studio meublé qu’il occupe depuis plusieurs semaines. Nicolas S a déposé boissons et gâteaux sur la petite table au milieu de la pièce, une Digitable avec projecteur holographique intégré. Sœur Agnès s’est assise et a pianoté quelques mots sur le clavier virtuel. Soudainement une image est apparue au milieu de la pièce et des pages internet ont commencé à défiler sur le mur en face. Une grande image en 3D du fils Daudet surnommé le gros Léon à son époque, et des informations ayant trait à un phénomène courant de l’activité mentale : le rêve éveillé. Elle a downloadé une œuvre de Daudet, surligné quelques passages avant de les rétroprojeter sur différents pans du mur.
- Qu’est-ce que le rêve, Nicolas ? Vous allez peut-être me répondre qu’il s’agit d’un attribut du sommeil. Eh bien pas seulement car le rêve, comme l’explique notre auteur, est sans cesse mêlé à notre vie courante, même éveillée. Chez chacun de nous le rêve éveillé existe à l'état presque constant. Je le cite : il est «un passage continuel, à l'horizon mental, de lambeaux de souvenirs, d'images de toute sorte, elles-mêmes fragments de personnes héréditaires». Vous faites le rapprochement avec Laura ?
- Je crois. Elle souffre d’une forme mutante du rêve éveillé, provoquée par la technique de la refabrication mémorielle. L’hérédité et la neuroprogramnation mettent en œuvre les mêmes mécanismes psychiques.
- Oui mais ne séparez pas les deux processus. Que Laura ait été conçue naturellement ou artificiellement importe peu. Megan Garner reste sa mère.
- Une mère dévoratrice, devriez-vous ajouter. Sa mère porteuse a loué son ventre, certes. Mais elle l’a portée dans sa chair pendant tout le temps de la grossesse. Elle ne la connaitra jamais. L’autre…
- Nous n’avons aucune information sur la conception de Laura. Il vaut mieux ne rien savoir. N’abordez jamais ce sujet avec elle. Megan Garner est sa mère. C’est la seule certitude à laquelle nous devons nous accrocher.
Surpris par le ton sec et sévère de Sœur Agnès, Nicolas S est resté quelques instants silencieux. Puis il a lu à voix basse quelques passages des textes projetés sur le mur… Notre mémoire est hantée par le spectre de nos ancêtresUn ou plusieurs fantômes se superposent à notre personnalité et nous entraînent dans des directions que nous n’avons pas choisies, qui nous répugnentLa volonté peut modifier les phénomènes héréditaires, en agissant sur les images intérieures. Sœur Agnès l’a alors interrompu :
- Vous comprenez pourquoi il fallait intervenir très vite avec Laura et empêcher que le fantôme de l’actrice américaine ne prît le contrôle d’elle-même. Son atout maître, c’est sa force de volonté. Elle a toujours cherché à repousser les souvenirs et les images reliés à sa mémoire truquée. Car aucune contrainte, aucune technologie ne pourra jamais annihiler cette part libre et intransmissible de la personnalité, que Daudet appelle le soi, sorte de régulateur du rêve éveillé. Laura était prête au combat, depuis le commencement. Je l’ai seulement accompagnée. Et c’est à votre tour maintenant de l’aider.
- Comment… comment ça ?
- Vous l’aiderez et elle vous aidera.
- Mais mon départ est proche, je vais partir…. Elle ne pourra pas…
Sœur Agnès s’est tue quelques instants.
- Mon cher Nicolas, je crois qu’une petite pause ne serait pas superflue. Et si nous sortions un peu ? Allons nous balader sur la Promenade des Anglais.
- Malgré toutes les caméras de surveillance ? Vous savez bien que…
- Le meilleur moyen de sa cacher c’est encore de se fondre dans la foule, de faire comme tout le monde. Quant aux caméras… si vous saviez…
Nicolas S n’a pas compris le sens de ses paroles. A force d’insistance elle a fini par le convaincre de l’accompagner. Sa première sortie sur la Promenade...
Nissa la bella, à jamais associée à Laura. Il partira et ne les reverra peut-être plus. La Ville, sa Baie des Anges et la jeune femme programmée. Ils ont marché. Sont-ce les caméras qui l’ont repéré ou lui qui les a repérées ? Il n’aurait su le dire. Elles sont partout. Cameras rotatives Gear 360, à peine visibles sur les palmiers ou bien en vue de tous sur des pylônes, tous les 50 mètres. Cameras bulles sur les façades des immeubles rescapés de la Belle Époque. Il a regardé avec fascination le ballet des drones survolant la Promenade, avec nanocaméras embarquées. C’est dangereux mais c’est beau s’est-il dit. Ils ont croisé des rocketskaters, des robocops, d’étranges anibots chargés du nettoyage de l’avenue et des plages, d’innombrables vacanciers qui n’ont pas changé de look depuis des décennies : style Quicksilver ou Bikini.
………....
Sœur Agnès ralentit le pas depuis quelques minutes. Ils ont longé le Palais de la Méditerranée et se dirigent vers la Colline du Château. Au milieu du Quai des États-Unis elle s’arrête soudainement.
- Voilà, nous allons nous quitter. Laura nous attend, près de la plage du Castel. Elle est assise sur une chaise, voyez là-bas, sur une de ces chaises bleues niçoises qui sont un peu le symbole de la Promenade. Vous allez l’inviter au restaurant, sur la plage ou dans la vielle ville. Nos chemins se séparent maintenant, vous comprenez ?
Elle lui prend la main et la tient quelques instants. Puis elle s’éloigne, en direction de l’Église du Vœu. Que faire alors ? Nicolas S hésite à rebrousser chemin. Elle est là-bas, la jeune femme programmée. Sa silhouette se précise à mesure qu’il s’approche. Sa couleur de peau est celle de l’ambre ensoleillée. Elle porte un short bleu clair et un léger débardeur. Elle est brune et elle est belle…


15/03/2004
Sombreval

Tags : Fedorov, FSSPX




Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Jeudi 28 Janvier 2010 - 12:01 Étudiantes : reçues ou recalées ?

Vendredi 7 Janvier 2005 - 00:00 Les personnages du feuilleton Aulagnier

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE