Le manuscrit de la 'messe contemplée' : début de l'enquête



Le manuscrit de la 'messe contemplée' : début de l'enquête
En 1946 Claudel découvrait les manuscrits d’Albert Frank-Duquesne, victime d’un odieux ostracisme de la part des catholiques belges et français. Le grand poète entreprit les démarches nécessaire pour faire publier par Vrin un de ses textes, Cosmos et Gloire, véritable épopée du cosmos ouvrant de grandioses perspectives à la théologie du salut, jusqu’alors confinée au seul monde des âmes. Dans le paquet de manuscrits que reçut Claudel, celui qui attira d’abord son attention portait ce titre magnifique : La messe contemplée, présenté par le poète comme de «modernes enarrationnes sur la spiritualité de l’Ordinaire de la messe». En 1946, dans une réponse à Frank-Duquesne, Paul Claudel commentait ainsi l’ouvrage : « Il s’agit évidemment d’un ouvrage monumental appuyé sur une science théologique et liturgique exceptionnelle et surtout sur une foi, sur une dévotion, sur une intelligence que je ne puis qu’admirer. C’est une espèce de Somme détaillée à laquelle il faudra recourir chaque fois que l’on voudra prendre une conscience pleine de l’acte essentiel de notre religion. Je ne comprends pas pourquoi les censeurs se montrent si réticents et les éditeurs si réfractaires ».
Les attaques de Frank-Duquesne contre la liturgie en langue vulgaire, l’indifférence de la grande majorité des catholiques devant l’ «acte essentiel de notre religion», leur détermination à liquider leur héritage de foi afin de pouvoir goûter à la sérénité des lâches, la rage moderniste qui sévissait alors et qui devait conduire au saccage de la liturgie catholique, suffisent à expliquer le refus obstiné des éditeurs de publier une telle «somme» liturgique.

Je me suis souvent demandé ce qu’était devenu ce texte. La seule pensée qu’il ait pu disparaître me remplit de terreur. Joseph Boly, auteur d’un petit opuscule, datant de 1977 et portant sur les relations et la correspondance de Paul Claudel et Albert Frank-Duquesne, apporte cette information cruciale : En 1977, les feuilles dactylographiées de ce ouvrage inédit, ainsi que ceux de deux autres essais (La cité sur la montagne, essai de sophiologie catholique : il s’agit d’une réplique catholique au père Boulgakov, le maître de la sophiologie orthodoxe, et l’essai Jésus : cet homme, phénoménologie de l’incarnation) étaient en possession de M. Julien Hermans, résidant à Bruxelles, qui fut un des plus proches amis de Frank-Duquesne à la fin de sa vie. Il conservait d’ailleurs d’autres textes de l’écrivain catholique et certains textes de conférences. Les autres conférences inédites se trouvaient chez Mme Cotton Windal… J. Boly mentionnait même leur adresse. Cette indication aurait été précieuse pour les chercheurs. Mais personne ne n’est soucié du sort de ces écrits. Qui aurait pu songer à les exhumer alors que tous succombaient à la vogue du structuralisme, de la psychologie, de la sociologie du vide, de la déconstruction, du catholicisme à la sauce teilhardienne ou marxiste, et positiviste pour les catholiques de droite ?
Ces conférences doivent avoir une valeur inestimable. Leur perte serait dramatique :
- Seigneur , apprends-nous à prier (trois conférences)
- La Messe éternelle : la Croix, l’Eucharistie et le sacrifice du Verbe «avant la création du monde».
- L’itinéraire de Dieu dans l’âme (quatre conférences)
- Regards de Jésus Christ sur Dieu, sur l’homme, sur le péché
- Le salut pour les juifs, réplique tardive à Léon Bloy
- Les Catholiques et l’Ancien testament
- Mon odyssée spirituelle (série de cinq conférences)

Trente ans ont passé depuis la publication de ce petit opuscule par la «Société Paul Claudel et Belgique». Joseph Boly se demandait alors, à propos de La messe contemplée : «Pourrait-on éditer encore un tel livre maintenant que le latin n’est plus guère connu dans la liturgie ?». La probable publication du Motu Proprio destiné à libéraliser la forme ancienne de la liturgie romaine, la messe traditionnelle (dite «messe en latin» par les journalistes) doit nous encourager à tout mettre en œuvre pour retrouver le texte de Frank-Duquesne, centré sur la liturgie et son acte central : la consécration, l’actualisation du sacrifice du Calvaire, culmination de l’œuvre salvifique de Jésus Christ, qui a sa racine dans l’éternité puisque saint Pierre et l’Apocalypse nous montrent le Verbe «immolé dès avant la création du monde».
J’ai effectué une recherche auprès de la bibliothèque royale de Bruxelles. J’avais pensé que, pour préserver ces textes de la disparition, les légataires auraient pu les déposer au département des manuscrits. La bibliothèque n’en possède hélas aucun. Ces textes doivent donc se trouver chez ces personnes ou des membres de leur familles (je pense que les deux légataires sont maintenant décédés)…
Je vais consacrer le temps libre dont je dispose à le recherche de ces textes très précieux…
Cette enquête sera je l’espère couronnée de succès, pour moi et les catholiques (les «catholiques du futur» comme dit Dantec car il n’y a plus grand-chose à attendre des catholiques de notre temps)

23/05/2007
Sombreval






1.Posté par Dr. Wilhelm Maas le 28/05/2007 10:58
Sehr geehrte Damen und Herren,

ich bin hoch erfreut über "sombreval" und die Beschäftigung mit Albert Frank.Dusquene.

Ich bin katholischer Theologe (Dr. theol habil.) und mache in Deutschland zunehmend durch Vorträge die grandiosen theologischen Perspektiven Franks bekannt. Ich wäre sehr interessiert daran, zu wissen, ob "La messe" gefunden wird bzw. wann veröffentlicht.
Im Übrigen ist es sehr mir noch nicht gelungen, an den biographischen Text von France Widal heranzukommen. Wissen Sie einen Weg? Ich kenne wohl den Vortrag im Rahmen der Rencontres spirituelles.
Sie können mir gern in Französisch antworten.
Vielen Dank und freundliche Grüße
Wilhelm Maas

Ostpreussenstrasse 24
D- 54296 Trier
Tel. 0049 651 9985 172

2.Posté par Sombreval-Nicolas Mulot le 28/05/2007 21:21
Bonjour Monsieur,

J’ai rassemblé depuis plusieurs mois de nombreux textes et livres de Frank-Duquesne. Je viens de retrouver deux textes publiés en 53-54 dans la revue internationale « Synthèses » (Bruxelles), dont une étude sur l’essénisme que je compte diffuser prochainement sur Sombreval.com. Il me manque deux articles de la revue «Construire» (recherche en cours) et surtout les textes et les conférences inédites. Je vais entreprendre la recherche de ces textes manuscrits qui se trouvent en Belgique. Aucune édition n’est prévue pour le moment. Je dois d’abord les retrouver. Ce n’est pas une tâche aisée, étant donné que j’entreprends ces recherches à titre personnel, avec des moyens très limités, sans pouvoir bénéficier du soutien d’une université ou d’une institution « catholique » (ni même publique bien sûr). Si les chercheurs, les spécialistes avaient fait leur travail, le texte sur « la messe contemplée » serait maintenant à la disposition du public, tout au moins le manuscrit. Je vous donnerai des nouvelles de l’avancée de mes recherches.
Quant à l’opuscule de France Windal, qui a été la collaboratrice de Frank-Duquesne pendant plusieurs années, j’en ai proposé de larges extraits dans mon essai sur la réversibilité auquel je vous renvois (voir le lien ci-dessous). Y figurent également de nombreux commentaires sur son œuvre, sa pensée et sa théologie, surtout dans la troisième partie : «Filius macroscosmi». L’émission des "Rencontres spirituelles" reprend la quasi-intégralité de la petite biographie de France-Windal.
Bien cordialement
Nicolas Mulot

3.Posté par Jack Tollers le 29/11/2007 15:59
Pour qui peut s'interesser: j'ai traduit a l'espagnol le Satan de Frank-Duquesne (pour desagravier a l'auteur---les Carmelites espagnols s'ont "oublié" de le faire).

On le trouvera a www.voila.tz4.com

Valeas,

Jack Tollers

4.Posté par Sombreval le 29/11/2007 17:07
Bravo à vous Jack Tollers et félicitations pour votre travail. Il s'agit donc de la version "argentine" de ce grand essai. La petite présentation du texte me plaît beaucoup :

Sólo para eruditos, disciplinados, esforzados estudiantes, munidos de tabaco, dispuestos a leer con una Biblia al lado, mordiendo un lápiz, transpirando y anotando en las márgenes:

¡el gran libro de Frank-Duquesne!

A bientôt
Le site :



Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 25 Juin 2017 - 12:31 Ostracisme universitaire

Mercredi 21 Juin 2017 - 20:32 Université et plagiat

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE