Maurice G. Dantec (1959-2016)



Maurice G. Dantec (1959-2016)
J’ai appris avec tristesse la mort de Maurice G. Dantec. Il est décédé samedi dernier à son domicile d’une crise cardiaque, à l'âge de 57 ans. Ses funérailles auront lieu le lundi 4 juillet, à l'église des Dominicains de Saint-Albert-le-Grand à Montréal. J’invite les lecteurs à s’associer aux prières de sa famille et de ses proches.

En 2007 j'avais remis en main propre à Maurice ma thèse éditée sur la Réversibilité, lors d'un de ses rares passages à Paris. Il en a fait le thème central de son roman monstrueux, énormissime, Métacortex, publié en 2010 chez Albin Michel. A mon avis c'est son meilleur roman, avec Les racines du mal. J'aime beaucoup aussi Babylon Babies, Grande Jonction et son dernier Les Résidents qui sera reconnu à sa juste valeur dans quelques années. Je venais juste de recevoir les premiers exemplaires imprimés de ma thèse. Heureusement Athanasios a réalisé rapidos la couverture. A deux trois jours près, je n'aurais pas pu lui remettre mon bouquin. Il serait reparti à Montréal et le roman aurait été certainement différent dans son contenu. Au même moment Antoine Compagnon publiait une recension dans Le Monde à l'occasion de la publication d'une sélection d’œuvres du comte chambérien dans la collection "Bouquins". Il y comparait Maistre à Sade. Du coup il discréditait aussi une certaine spiritualité catholique traditionnelle, celle de Maistre, Bloy, Bernanos, mais aussi celle d'une Edith Stein, Thérèse de Lisieux etc... le coup classique.
Certains critiques ont parfois présenté Maurice Dantec comme un gnostique. Il a répondu à cette critique dans un entretien d'une manière décisive : "Ce n'est pas moi qui suis gnostique. C'est le monde qui est devenu gnostique". L’écrivain n’a fait que transcrire cette évolution. Ses romans sont réalistes même si la critique tend à les classer dans la catégorie de la science-fiction ou du polar. Dans cet entretien passionnant, disponible sur Youtube (voir ci-dessous), Dantec évoque longuement Maistre et le thème de la Réversibilité (à partir de 1h06).
Je vous invite aussi à lire son dernier entretien dans la dernière livraison de la revue Egards. Vous trouverez dans ce même numéro ma longue recension sur Judas Iscarioth de Serge Boulgakov.


02/07/2016
Sombreval





Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 11:40 Rogue one : A Star Wars Story

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE