Mgr Aumonier, évêque de Versailles



Mgr Aumonier, évêque de Versailles
Rencontre avec Monseigneur Aumonier, évêque de Versailles (feuille paroissiale, « Paroisses en Laye »)….

Enfant, quels étaient vos rêves ?
Je suis content que vous me posiez cette question : en effet les jeunes se souviennent de façon très intense de leurs rêves, nous autres, adultes, beaucoup moins. Enfant, je rêvais de commander un bateau. Il est vrai que mon père était officier de marine et que beaucoup de mes lectures parlaient de corsaires, de vie en mer, de prouesses de marin. Mon autre rêve était plus musical, je m’imaginais jouant d’un orgue splendide ou bien en chef d’orchestre. A la réflexion je vois une certaine analogie entre le ministère qui m’est confié et ces rêves : le service de l’harmonie, la conduite d’un navire

Pouvez-vous nous dire à quel âge vous est venue votre vocation ?
J’étais très jeune, je devais avoir huit ou neuf ans. C’est entre ma confirmation en 7eme et la Pentecôte que s’est précisé et affermi le désir d’être prêtre qui était lié à un désir missionnaire. Je pense qu’il est né à partir de la fidélité à l’Eucharistie et du modèle de mon curé de paroisse.

Parlez-nous de votre rythme de travail
Très soutenu ! Tous les vendredis, samedis et dimanches de l’année, sont consacrés aux visites pastorales du diocèse. Je me rends dans une paroisse, un groupement de paroisses ou un doyenné. Outre la célébration de l’Eucharistie, je rencontre les personnes qui oeuvrent, prient et agissent, mais aussi des associations et parfois des élus locaux…Les autres jours sont consacrés aux rencontres individuelles et au travail avec le conseil diocésain pour les affaires économiques, le conseil épiscopal, le conseil presbytéral, le conseil pastoral diocésain. Il y aussi les rencontres avec les doyens et les services diocésains. Toutes ces rencontres sont organisées de façon régulière.
Bien sûr, dans mon emploi du temps, j’ai d’abord le temps de prière, comme pour tout chrétien et tout prêtre. Ce temps n’est pas préparatoire à l’action, c’est une action prioritaire pour le diocèse et l’annonce de l’Evangile.
Pour que le rythme soutenu soit possible, il faut que je sois prudent et vigilant. Par exemple, je tiens compte des vacances scolaires. Après une journée chargée, je compense par une journée moins chargée. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas de service trop prenant au sein de la conférence épiscopale, de même que je reporte les voyages et ne visite pas les prêtres du diocèse en ministère à l’étranger pour le moment. Pendant ces premières années, je ne veux pas m’éloigner du diocèse, je me consacre principalement à sa connaissance. Je me donne deux ans et demi pour faire un tour de cette relation directe.

Avez-vous un hobby ou pratiquez-vous un sport pour votre détente ?
Quand je peux, j’aime nager et surtout j’aime marcher y compris dans les villes : c’est probablement lié à ma culture urbaine ! J’apprécie également la musique, mais hélas je n’ai pas le temps d’aller au concert.

Avez-vous un livre préféré ?
Très clairement mon livre préféré, c’est l’Evangile de saint Jean. Il est hors concours ! Si par ailleurs je cherche dans la littérature, j’ai des auteurs préférés : Shakespeare, Péguy, Dostoïevski ou Balzac. Ils ont en commun une finesse de la perception de l’homme et de la psychologie humaine, une certaine largeur et profondeur de vue et je suis sensible à leur capacité d’expression dramatique. Je lis également des philosophes comme Levinas ou Gabriel Marcel
…………
Avez-vous au cœur un combat personnel, une priorité ?

Plutôt qu’un combat personnel, je ressens une responsabilité grave et je veux y consacrer toute mon énergie : c’est la vocation au ministère de prêtre. Le renouvellement de la Maison Saint-Jean-Baptiste en est un signe. Toutes les autres formes de vocation seront par là elles aussi encouragées. Il n’y a pas de prêtres sans laïcs, mais il n’y aura pas de laïcs sans prêtres. La découverte de la vie baptismale doit être aussi réveillée par les prêtres. Le diocèse est un tel vivier de prêtres et il y a un tel besoin de l’annonce de l’Evangile, des villes entières qui attendent, sans compter les pays les plus lointains ! Il faut encourager cet appel et donner des signes en ce sens.
L’Eglise ne se confond pas avec un organisme à caractère éducatif et social. Au centre de la vie chrétienne et de la foi, il y a l’Eucharistie et le Pardon de Dieu [….]





21/12/2004
Sombreval




Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 25 Juin 2017 - 12:31 Ostracisme universitaire

Mercredi 21 Juin 2017 - 20:32 Université et plagiat

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE