Nouvelles recherches et traductions



Nouvelles recherches et traductions
Après une période de pause, je vais accélérer mes recherches sur Frank-Duquesne qui vont entrer dans une phase nouvelle. Parti de presque rien, de quelques références, des livres édités, j’ai réussi à rassembler l’essentiel de l’œuvre publiée et non publiée de l’auteur, qui deviendra dans quelques années une référence incontournable pour maints chrétiens, je n’en doute pas. Un historien belge va mettre gracieusement à ma disposition un certain nombre de textes, de conférences, de lettres et le dernier livre achevé de Frank-Duquesne, encore inédit : Jésus, cet Homme. Phénoménologie de l’Incarnation. Du fait de ses recherches historiques, portant sur l’Orthodoxie en Belgique, il avait pu rassembler, il y a une trentaine d’années, l’ensemble de ces documents, le reste ayant été capté par le neveu de Frank-Duquesne qui escomptait monnayer plus tard la production de l’auteur qui avait acquis une certaine notoriété de son vivant dans le milieu catholique et même au-delà (il avait publié Création et Procréation chez les Editions de Minuit, avec le soutien de Jérome Lindon). S’il avait pu pressentir la rupture épistémologique (1) qui commençait à s’opérer dès les années 50, il aurait sans doute perçu, d’une manière même très confuse, combien ses espoirs étaient vains. L’appât du gain se conjugue bien souvent avec l’imbécilité la plus profonde. Du coup, le manuscrit de la messe contemplée, qui avait tant frappé Claudel, n’a pu échapper au naufrage. Mais encore une fois je ne désespère pas de mettre la main dessus.
Une autre personne, M. Paul, avec qui j’avais pu entrer en contact, m’avait adressé il y a quelques mois plusieurs textes, dont le cycle de conférences retraçant l’ «odyssée spirituelle» de l’auteur. Celles-ci s’avèreront précieuses dans le cadre d’une biographie plus détaillée que j’aimerais bien pouvoir réaliser un jour.

Enfin, je signale que des traductions de Frank-Duquesne viennent de voir le jour. D’abord en russe, grâce au travail d’Alexei qui maîtrise parfaitement la langue française. J’échange régulièrement des mails avec ce russe chrétien. Il m’informe ainsi de nouvelles traductions, dont l’essai Ce qui t’attend après ta mort, traduit dans son intégralité : Voir la page
Enfin en espagnol, Jack Tollers vient de publier son monumental Catena Argentea, qui, sur le modèle de la Chaîne d’or de saint Thomas d’Aquin, compile les citations de plusieurs penseurs du XXe siècle, lesquelles composent un commentaire complet de chaque verset de l’Evangile de saint Jean. Y figurent de nombreux fragments de l’œuvre de Frank-Duquesne, issus de textes publiés sur Sombreval.com : Voir la page
L’ouvrage de 1058 pages est disponible en de nombreux formats, dont PDF, e-pub, Kindle etc…

(1) Sur cette rupture, on pourrait par exemple se référer à l’historien Etienne Fouilloux qui, dans un texte datant de 1992 et consacré au recueil Satan, publié par les Etudes Carmélitaines, et dans lequel Frank-Duquesne avait publié ses Réflexions sur Satan en marge de la tradition judéo-chrétienne, livre des réflexions quelque peu simplistes qui suffisent à attester les insuffisances de l’historicisme et de la critique rationaliste dans l’appréhension et l’intelligence des textes bibliques et tout bonnement de la foi chrétienne. Notant d’abord, à propos de Lucifer, que «ce personnage ambigu en ses diverses apparitions bibliques a stimulé jusqu’au délire les imaginations occidentales», il conclut : «Au temps de l’optimisme conciliaire, Satan s’est retourné aux ténèbres extérieures : dans une foi fondée sur la Personne du Christ, victorieux de la Mort elle-même, la crainte de l’Adversaire s’est évanouie avec bien d’autres aspects de la religion antérieure (?) S’achève alors sous nos yeux ou presque, le passage d’un christianisme de la peur à un christianisme de l’amour, qui est l’un des faits majeurs de l’histoire religieuse occidentale aux temps moderne et contemporain». Mais de cet optimisme conciliaire, pourrions-nous répondre, qu’en reste-t-il ? Beaucoup de désillusions, à coup sûr, et si le regain de faveur que connaît l’œuvre de Frank-Duquesne chez des jeunes chrétiens peut s’expliquer par la fraîcheur stimulante qui se dégage de ses écrits, peu fréquente dans des ouvrages à visée théologique, un autre facteur doit être pris en compte. Nombreux sont ceux en effet qui ressentent le besoin d’ancrer leur foi sur les fondements solides de l’Ecriture inspirée et de la Tradition qu’on ne saurait circonscrire, à la manière de certains traditionalistes, aux seules limites du catholicisme post-tridentin.


14/10/2012
Sombreval





Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 25 Juin 2017 - 12:31 Ostracisme universitaire

Mercredi 21 Juin 2017 - 20:32 Université et plagiat

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE