Quelques aperçus sur la “préexistence”



Quelques aperçus sur la “préexistence”
Absent pendant plusieurs semaines, je n’ai guère eu le temps de préparer des articles. Je projette d’en diffuser deux sous peu sur un thème que la théologie pseudo-rationaliste et négatrice du mystère a voulu reléguer dans le cimetière des vieilles croyances moyenâgeuses : celui de la préexistence des créatures en Dieu. Vous savez ma passion pour le moyen-âge chrétien et mon mépris pour ses contempteurs. J’ai donc décidé d’accorder à ce thème une place de choix dans les premières semaines. Dans de précédents articles j’ai montré que, jusqu'au quatorzième siècle, la traduction usuelle du quatrième verset du prologue johannique était la suivante : «Ce qui a été fait/en lui était vie. Et la vie était la lumière des hommes» (voir par exemple la traduction de l’Evangile selon saint Jean commenté par saint Thomas d’Aquin, aux Ed. du Cerf). On la retrouve quasiment inchangée chez tous les grands témoins de la tradition, depuis les Pères jusqu’aux mystiques rhénans. Les plus anciens manuscrits des Evangiles ne comportaient pas de ponctuation. Fait remarquable : c’est la traduction la moins évidente pour les modernes qui s’est imposée à tous les Pères de l’Eglise, aux théologiens médiévaux, aux béguines du XIIIe siècle, à Maître Eckhart, celle qui présuppose la doctrine de la préexistence. Voici un passage de la Somme contre le Gentils (IV, 13) qui expose avec clarté cette doctrine de la préexistence des choses (en tant qu’idée, archétype) dans la pensée divine : «Il faut remarquer qu’une chose faite par un intellect préexiste dans la notion qui est pensée avant d’exister également en elle-même : la maison est en effet dans la notion de l’artisan avant d’être conduite à l’acte. Or le Verbe de Dieu, c’est la notion de toutes choses faites par Dieu. Toutes ces choses doivent donc avoir préexisté dans le Verbe de Dieu avant d’exister également en leur nature propre… Les choses faites par Dieu ont dû préexister dans le Verbe de Dieu de toute éternité, de manière immatérielle, sans aucune composition… C’est pour cette raison que Jean écrit : “Tout ce qui a été fait était vie en lui”»

Ce verset de saint Jean cité par Thomas d’Aquin a inspiré à Frank-Duquesne de beaux morceaux d’exégèse. Boulgakov ne fait pas référence à cette traduction (du moins d’après les lectures que j’ai pu faire de ses ouvrages) mais son anthropologie sophiologique se rattache à la doctrine de la préexistence. Comme il le note dans sa Philosophie de l’économie, «la doctrine de la préexistence de l’homme en Dieu et de sa création dans la liberté est à la base même de la philosophie chrétienne. Elle se fait jour dans le monde antique, chez Platon ; elle acquiert une grande netteté chez Plotin. Selon la conception chrétienne, elle est clairement exprimée par Origène, saint Grégoire de Nysse, saint Maxime le confesseur, l’Aréopagite, Jean Scot Erigène, par la théologie mystique de Jacob Boehme et de Franz Baader. Dans la philosophie moderne, elle a surtout été développée par Schelling ; Soloviev la rejoint à cet égard. Kant, lui-même, malgré son rationalisme, se rapproche de cette doctrine par sa théorie de la liberté intelligible de la volonté».
De nombreuses autres références pourraient être mentionnées. Dans sa thèse intitulée La mystique de Ruysbroeck l’Admirable (1928), Melline d’Asbeck a consacré un chapitre à citer les grands témoignages des quatorze premiers siècles en faveur de cette idée. J’ai de mon côté rassemblé une vaste documentation sur ce thème. Au vingtième siècle, Boulgakov, Frank-Duquesne, Edith Stein, Louis Bouyer et Jacques Maritain dans Approches de Dieu, et plus près de nous encore, le philosophe Stanislas Breton, ont apporté une contribution décisive à l’approfondissement de cette doctrine qui ressortit tout à la fois à la philosophie, la théologie et à la mystique.

27/08/2009
Sombreval






1.Posté par DURAND le 08/01/2010 08:07
LE POUVOIR INQUISITEUR DES SYSTEMES DE TOUTES SES RELIGIONS?ET DE TOUS SES DIEUX MA TOUJOUR INTERPELER..................???JAI PARCOURUE LE MONDE JE PARLE PLUSIEURS LANGUES ET PLUSIEURS DIALECTES?JE COMPTREND LE SANSCRITS ET LES LANGUES DITE??MORTE?JE DIT CELA EN TOUTE HUMILITE???MAIS JE NAIS JAMAIS VUE DIEU NI SON FILS?JAI VUE LE TEMPLE DE SALOMON??ET BIEN DAUTRES CHOSES??MAIS JAMAIS LE FILS DE DIEU??JESUS DE NAZARETH?JAI LUE LA KABBALE?LE TALMUT?LA THORA??LA BIBLE??ET BIEN DES DAUTRES LIVRE SACRE??MAIS JE NET JAMAIS VUE LE FILS DE DIEU JESUS??DE NAZARETH???POURQUOIS??????????

2.Posté par Vandenbussche Nicole le 02/06/2011 23:40
La préexistence, ce serait en effet au fond plus en accord avec les 'faits'.
Après tout, Dieu fit l'homme à Son image et à Sa ressemblance ; image par conséquent forcément 'éternelle', avec toutes les conséquences que cette 'éternité' implique (y compris pour les fins dernières...).
Le Verbe, 'lieu des Intelligibles', 'lieu des possibles' ?
Borella a écrit des textes très intéressants sur les courants 'platonicien' ou 'aristotélicien' (si l'on peut dire...) de la mystique jusqu'à Bossuet.

PS : il faudrait rectifier la 11e ligne : 'ce qui a était (!) fait/ en lui était vie (bien écrit à la fin du paragraphe).

3.Posté par Kind Boy le 15/03/2012 09:38
Je ne suis pas convaincu par ce que dit DURAND de lui - même. Le langage et la culture qu'il prétend avoir sont bien au dessus de l'argumentation qu'il a publiée

Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 15 Mai 2011 - 19:38 L'idée de progrès chez Maistre et Cioran

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE