Sombreval

Harry Potter et la coupe de feu (Nelly)



Bon mais inégal

Harry Potter et la coupe de feu (Nelly)
U[Un début besogneux]u
On craint le pire, lorsqu’on assiste aux premières minutes de Harry Potter et la coupe de feu, on craint d’être revenu à un hybride des deux premiers films, fastidieux, englués aux livres page après page, ligne après ligne. Par bonheur, après une bonne demi-heure d’angoisse, l’inquiétude se lève et le film se donne pour ce qu’il est vraiment : une bonne œuvre un peu inégale.

Quiconque l’a déjà vu vous le dira spontanément : « il y a plein de choses dans le livre qu’on ne voit pas dans le film ». Pas de patronus, pas d’elfes, pas de quidditch ; et pourtant le film n’est pas court.

Cela commence donc de manière un peu besogneuse, exactement comme le livre, par un songe où Harry voit Voldemort. Le cinéaste a voulu faire, selon les règles du genre, une ouverture-choc pour séparer les spectateurs de leur quotidien et les plonger dans le film. C’est de bonne guerre et certains films d’actions, des James Bond et « les deux tours », sont des modèles d’ouverture-choc. Ici, quelque chose ne marche pas. C’est un peu cliché et surtout, on perd de vue pendant très longtemps ensuite Voldemort dans sa cabane sombre, au profit d’une série d’expositions insatisfaisantes, où l’on reprend contact avec les héros, le ministère de la magie, Barty Crouch, l’école de Hogwarts, le tournoi des trois sorciers, les élèves des deux écoles invitées, la coupe du monde de quidditch, le nouveau professeur Mad-eye Moddy, et, euh, j’espère que c’est tout. Le film n’a pas le temps de tout présenter, alors il va très vite, suppose que le spectateur sait déjà tout ; on a l’impression fastidieuse de serrer à toute allure une cinquantaine de mains sans pouvoir retenir tous les noms.

Notez que cette faiblesse en est une aussi des romans de Rowling, spécialement le sixième.

La virée des manges-morts manque de même d’impact. Leur nom est ridicule, leur intervention peu crédible. Une dizaine de sorciers, habillés comme le ku klux klan , réussirait à dévaster et brûler un camp de dizaines de milliers de personnes ? La fameuse tête de mort verte dans le ciel, qui aurait pu être si impressionnante, semble être une lubie accidentelle d’un mange-mort qui se serait attardé sur place. Effet raté !

U[Quelques gemmes]u
Toute cette fastidieuse entrée en matière n’exclut pas, toutefois, les morceaux brillants. L’entrée des filles de Beauxbatons, fringuées comme des hôtesses d’accueil dans un gala caritatif, est drôlatique ; celui des garçons de Durmstrang, brutes épaisses mâtinées de chœurs de l’armée rouge et de voix bulgares, le dispute en cocasserie. C’est volontairement cliché et c’est drôle ; mais le filon du « choc des cultures » ne sera pas tellement exploité ensuite. Pas le temps !

Bon ! Après trois quarts d’heure, la coupe de feu est en place, les trois sorciers seront quatre : on peut commencer. Et à ce moment précis, le film décolle. La première épreuve, un duel avec un dragon, est le prétexte pour une scène d’action éblouissante. La bestiole est teigneuse, pourchasse Harry partout où elle peut ; s’agrippe aux tuiles du toit : c’est par-fait.

Le film sait aussi jouer d’autres registres grâce à quelques acteurs excellents. Mad-eye Moddy frôle sans cesse la caricature hystérique sans y verser ; sa démonstration des « sorts interdits » (contrôle à distance, torture, mort) sur un cafard monstrueux est un petit bijou malsain qui laisse le spectateur muet et fasciné.


La scène centrale : plus rien n’est simple maintenant
Cela semblera un peu curieux pour ceux qui suivent de l’extérieur les aventures et la croissance du magicien à la cicatrice : la scène centrale du film est une scène phsychologique, pratiquement une romance contrariée. C’est la scène du bal du tournoi. Chacun doit se trouver un cavalier ou une cavalière, s’habiller : c’est comme une sorte d’entrée symbolique dans le monde des grands, tout le moins dans les distractions et les plaisirs des grands. Pour beaucoup d’élèves, le miroir se brise, les hiérarchies ne sont plus les mêmes, les amis sont trahis au profit des petites amies. La sincérité fait place aux faux-semblants ; certains leurs résistent, d’autres non : ce ne sont pas ceux qu’on croirait.
L’exemple parfait de ceci, c’est Hermione. Bêcheuse, intellectuelle, ne pouvait-elle rester que célibataire ? La voilà qui sort subitement de sa chrysalide, superbement vêtue (elle descend l’escalier en robe du soir : quel plan !), avec des chaussures qui fond mal au pied, au bras d’une star internationale dui quidditch. Mais la star est très bête et cette incursion trop avant dans le monde adulte était un cri de détresse : Hermione aurait largement préféré se faire accompagner d’un de ses deux amis. Ceux-ci, encore trop juvéniles, n’avaient même pas eu l’idée. En fin de compte, tout le monde s’ennuie, tout le monde se sent un peu frustré ; Harry et Ron laissent leurs cavalières, ravissantes, se dessécher d’inanition sur un tabouret voisin. Tout le monde part fâché sans trop savoir pourquoi ; ces fâcheries s’ajoutent à la jalousie que Ron éprouve de plus en plus envers Harry, bref, on grandit : plus rien n’est simple maintenant. Ce sera à peu de choses près la phrase finale du film. L’une de ses grandes qualités et d’avoir su montrer tout cela, en peu de minutes et peu de mots, dans cette scène du bal qui est à mon sens une réussite.

Après, bien entendu, les autres scènes d’actions pâlissent un peu mais restent honnêtes ; le labyrinthe est un clin d’œil appuyé à Kubrick, il ne se passe pas grand-chose dans la scène sous l’eau. Et voici enfin le « portkey » et la confrontation avec Voldemort et là, c’est impressionnant à nouveau. Non pas que le décorum le soit spécialement ; après des années de Buffy, un cimetière ne fait plus guère peur ; mais Ralph Fiennes, qui joue Voldemort, crève littéralement l’écran et campe un personnage parfaitement maléfique, sans excès. Il est des méchants qui ne s’oublient pas.

U[De bons acteurs]u
C’est l’occasion de signaler la grande qualité des acteurs dans leur ensemble ; Harry Potter joue plus subtilement, et le rouquin de service (allez donc savoir son nom) a considérablement enrichi son jeu : il n’est plus le petit ouistiti des deux premiers films, qui ne savait faire qu’une seule grimace.

Dans l’ensemble, donc, le quatrième Harry Potter est un film bon en moyenne mais irrégulier ; par bonheur les creux arrivent majoritairement au début, et les pics tout au long et à la fin. L’impression d’ensemble est heureuse ; je recommande pour ma part d’aller le voir.

21/12/2005
Nelly





1.Posté par Genuine Latin Lover le 22/12/2005 09:07
En désaccord quasi complet : HP4 regorge de scène ridicules et pathétiques.

L\'arrivée des hôtesses de l\'air det des brutions aux airs de Huns est l\'un des moment les plus ratés de l\'histoire du cinéma : c\'està se demander comment ils ont osé aller aussi loin dans l\'absence de goût. C\'était la honte, et pour un peu j\'étais gêné pour ces acteurs.

Voldemort entre en lice pour disputer à ces forains la palme du ridicule : une sorte de Skeletor fantoche et chétif. Quand on le voit, on a envie de rire plutôt que de trembler. Il est tout simplement pitoyable, et pour un peu on se prendrait à lui donner une pièce et un manteau pour se couvrir : non mais vous l\'avez vu aves son air de vieil anémique frustré ? Pour un peu on se demande si on n\'est pas par hasard aller le chercher sous un pont. Ce croquemitaine de pacotille est tout juste bon à impressionner (et encore...) des enfants de maternelle à l\'occasion d\'un bal pour Halloween.

Les pitreries du gros géant barbu avec Madame je ne sais plus comment sont encore un sommet de ridicule. Heureusement, j\'ai bien ris en entendant la femme parler anglais avec son accent français. Mais sans cela, c\'eût été juste très nul.

Ron a l\'air d\'un affreux jojo, il a une gueule à être le fils d\'un métallo crasseux de Liverpool dont le père aurait le profil pour devenir l\'un des protagonistes de Full Monty, un film nullissime d\'il y a une dizaine d\'années.
HP himslef est complexé et incapable de s\'assumer, c\'est un dominé et il n\'a pas le profil d\'un battant.
Quant à Hermione, c\'est une adolescente capricieuse qui se donne des airs d\'adulte tout en n\'étant qu\'une pauvre greluche qui se fait mousser en se la pétant comme une Barbie ballerine proprement insupportable.

A oublier (sauf à le voir en excellente compagnie comme cela a été ma chance ; compagnie qui d\'ailleurs à elle seule suffit à faire passer le film de \"à chier\" à \"pas mal, avec de bonnes scènes\") ; revoyez plutôt HP1 ou HP2, le 3 est déjà moins réussi mais assez bon malgré tout. Je m\'attends au pire pour le 5...

GLL

PS : le dragon quand même était très bon, cette scène-là était vraiment réussie. La scène sous l\'eau est bien réussie aussi ; mais c\'est à peu près tout. Ah si, \"techniquement, c\'est un furet\" m\'a bien fait rire...

2.Posté par portoloin le 22/12/2005 17:33
c trop bi1 mai ne regard pa voldemort

3.Posté par Genuine Latin Lover le 23/12/2005 08:27
(j\'abhorre le style d\'écriture simplifiée \"c trop bi1 mai etc.\" ; pour les SMS, les textos comme disent les Français, c\'est pratique, mais quand il est possible d\'écrire en toutes lettres, ce style abrégé est parfaitement détestable -- ceci dit sans vous jeter la pierre, portoloin, vous ne faites que participer d\'un système)

Pour en revenir encore à HP4 :

J\'ai oublié un détail : le vieux con, Dumbledore, est un sommet lui aussi. Complètement gâteux, on dirait un reliquat de Père Noël à la retraite et qui aurait le mauvais goût de se donner des airs importants. On m\'a également fait remarquer sa manie, un tic de vieux sénile sans doute, de ne jamais omettre un \"s\'il vous plaît\" dans chacune de ses phrases ou presque.

Je n\'ai rien dit du bateau des brutions et de la caravane volante des pouffes, mais cela coulait de sources étant donné ce que j\'avais indiqué à propos de leur entrée en scène.

Décidément, HP4 est peut-être un patchwork de bonnes idées avec quelques scènes réussies, mais le tout est malheureusement enfoui sous un amoncellement de détritus.

Oubliez ce film !
GLL

4.Posté par Nelly le 26/12/2005 19:03
Que se passe-t-il, GLL, vous n'avez pas eu le cadeau que vous vouliez à Noël?

5.Posté par Genuine Latin Lover le 27/12/2005 16:33
Euh si... j\'ai eu un Noël super, et c\'est pas fini d\'ailleurs puisqu\'une partie doit encore arriver fin janvier :-) Mais HP4, décidément, c\'est une daube pathétique qui n\'a été sauvée comme je l\'ai dit que parce que j\'ai eu le bonheur de le voir en excellentissime compagnie.
Par contre j\'ai bien aimé King Kong qui répondait très exactement à ce que j\'espérais trouver à un détail près : je mourais d\'envie de voir l\'affreuse bande de papous se faire déchiqueter par les mitraillettes, mais cette scène n\'a jamais eu lieu.

GLL

6.Posté par Zabou_the_terrible le 31/12/2005 18:05
Bah moi, j\'ai bien aimé H-P IV ! il est fort dommage qu\'il manque des passages présents dans le livre mais bon, c\'est normal sinon le film aurait duré 5h ! ;-)

Ok, ça démarre doucement mais c\'est pour nous laisser le temps de mieux savourer ce qui va se passer...

Bon, je cause, je cause mais c\'est réveillon ce soir chez moi donc plus de temps à perdre ! Bonne année 2006 à tous !


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Mardi 24 Octobre 2006 - 00:00 Les fils de l'homme (recension de Nelly)

Dimanche 21 Janvier 2007 - 00:00 Apocalypto (recension de Nelly)

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE