La Piétà de Michel-Ange ( texte de Jean Guitton )



La Piétà de Michel-Ange ( texte de Jean Guitton )
En descendant de la cour Saint-Damase, je fais halte à Saint-Pierre, je m’attarde devant la fameuse Piéta, comme si je la contemplais pour la première fois. La beauté du corps du Christ est dans ce sommeil divin, qui ne peut s’ouvrir que sur la vie : c’est un corps souple, incorrompu, prêt pour la résurrection, tel les corps des «mises au tombeau» chez les peintres. On sait comme Michel-Ange attachait d’importance au torse, ce pivot du corps qui lui paraissait, j’imagine, une réussite plus accomplie que le visage. Je contemple encore une fois ce corps du Christ mort, lieu de faiblesse, ductile, assoupli, sujet à une légère torsion. Le corps est un corps rompu, disloqué, que la Vierge (qui paraît encore toute jeune, et plutôt sœur que mère) peut tenir sur ses genoux, sans donner l’impression que ce corps l’accable.
Dans a cour du palis Capanica, il existe un bloc de marbre d’où Michel-Ange voulait extraire sa Pieta et qu’il rejeta, parce qu’il ne la jugeait pas d’assez bonne qualité…J’ai toujours trouvé sa manière de sculpter bien significative : il dégrossissait le marbre, couche par couche, comme si, sous le marbre, la forme existait déjà et qu’il n’eût qu’à la découvrir, ôtant les voiles. Ingénieuse feinte, qui est celle qu’il faut soutenir en soi le plus possible, lorsqu’on parle ou qu’on écrit ! « je tisserai des dentelles, écrivait le jeune Mallarmé, que je devine qui existent déjà au sein de la Beauté. »La Piéta ne reposait pas dans l’épaisseur du marbre, mais dans l’entendement de Michel-Ange, qui savait qu’on sculpte avec son cerveau et non avec ses mains. Sa méthode était de révéler, de réveiller une forme endormie. Et c’est peut-être pour cela que plusieurs visages de Michel-Ange semblent sortir du sommeil.
Ici, Jésus et sa mère ont pour ainsi dire le même âge. Michel-Ange représente Marie sous des traits virils, anéantis, et tendres.
Je lis que c’est un cardinal Français, Jean de Bilhères Laraulas, qui commanda cette Piéta. Ce cardinal approuvait les « Piétés » françaises, figurant un corps horizontal, tenu par une Vierge voilée, douloureuse. Les Italiens trouvaient cette composition trop simple et pas assez harmonieuse. Ils avaient introduit Jean et Madeleine autour de Marie. Ainsi Péruguin, Botticelli, Giovanni della Robia. Michel-Ange revint à l’idée, à la simplicité françaises. Et il y ajouta la grâce et la langueur et la préciosité italiennes. Il voulut aussi par instinct de génie unir divinement les contraires et placer dans le visage féminin le double mystère de la virginité et de la maternité, et, dans le corps masculin, celui de la mort et de la résurrection.
Je n’avais jamais aperçu combien cette piéta était encore si française : Michel-Ange avait vingt-cinq ans, il pouvait subir les désirs du cardinal de Bilhères. Cette piéta (où il entre plus de piété que de pitié et surtout d’apitoiement, et qui est presque attique en cela, se maintient dans la mesure du beau, bien que l’on y sente l’excès prêt à paraître, mais retenu. Ainsi cette profusion des plis dans les draps des costumes, cet allongement un peu démesuré du corps de Jésus. Et aussi ce mouvement précieux, incertain de la Vierge, tenant le Corps d’une main et de l’autre ne le tenant pas. Mais outre que le marbre tolère et calme ces excès virtuoses, la forme ici domine. Et c’est la forme pyramidale. Le lignes ont toujours l’air d’être prises qu’entre les deux limites de la géométrie et de la grâce.
Je me demande si Michel-Ange n’a pas là son sommet, qu’il ne réatteignit jamais …Désespoir d’un génie satisfait trop tôt !
J’observe encore le contraste dans le Christ entre les jambes et les bras. Les jambes sont légères, les pieds dépossédés- langage d’un envol possible encore - tandis que le bras est sculpté en force. Jambes d’ange et bras d’athlète, d’ouvrier, dont on distingue dans le marbre les veines. Curieuse Piéta, et point triste, quoique si douloureuse ! La mère a une toute petite tête, par rapport à la masse du corps. Sa coiffure est haute, d’où découle cet air de majesté. Et le fils à peine mort que sa mère tient du bout des doigts comme une longue hostie légère, semble prêt à bondir hors de ses bras ».

Dialogue avec les précurseurs, in Oecuménisme, œuvres complètes, p.565-567

15/12/2002
Sombreval

Tags : Guitton





1.Posté par Le douillet!! le 14/05/2007 10:31

2.Posté par Ducret le 21/01/2008 10:48
C tro boooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo
voila ceté tout ce ke je voulé dire

3.Posté par RABE Symphorien Brice-Nicaise le 30/04/2008 18:16
très édifiante

4.Posté par Luan, YuKi le 28/10/2008 03:33
WOW.....
Je ne peux absolument rien dire.....
Parfait, belle source d'information

Nouveau commentaire :


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 26 Novembre 2017 - 19:38 La nouvelle traduction du Notre Père

Mardi 16 Août 2016 - 14:11 Jésus et la femme

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE