Sombreval

Mon post sur le mariage catho



Mon post sur le mariage catho
Réponse à un tradi suédois, Ioannes le viking. Le post a disparu du Forum (bizarre..) :
" Monsieur,
Vous me demandez d'éclaircir ma pensée. Voici donc un bref rappel de ma position sur le couple et le mariage catho.

Mariage naturel et mariage élevé à la dignité de sacrement = sécurité. Ils procèdent de la volonté de se caser pour le premier et de « sauver son âme » pour le second. Si vous voulez c’est la rencontre de deux disponibilités.
« Les âmes sœurs dit-on finissent toujours par se trouver quand elles savent s’attendre ». En général les catholiques n’attendent pas longtemps. La première rencontre débouche presque automatiquement sur un mariage. Il suffit d’aller puiser dans le vivier des camps scouts ou des rallyes.. Il y a aussi les pelés et Les JMJ... des simulacres d’âmes sœurs sont là, qui n’attendent que vous…Ensuite un petit boulot, une situation (le sacro-saint devoir d’état), une « épouse », une progéniture abondante, voilà pour le programme…pourléchant non ? Le catho qui refuse de s’y conformer n’a plus qu’à rejoindre le camp des babos ou des troskos…

Dans tous les milieux on nous bassine avec ces vieilles rengaines : la sexualité c’est important…c’est le moteur du couple…il n’y a pas d’alternative au couple…le mariage sans sexualité c’est impossible…et blablabla..) Et que proposent les catholiques ? Le couple, le mariage et la sexualité…Bravo…quel héroïsme…Le mariage chrétien permet-il de répondre aux grandes questions relatives à la sexualité, à la fidélité et à l’amour ? Certainement pas, comme l’atteste la question de M.Néreux (voir Forum). En quoi est-il constructif d’une « vie nouvelle » pour reprendre l’expression de Berdiaev ? Où est le risque ? Où est l’absolu ?

Non monsieur, le mariage chrétien a fait son temps. Il n’apporte plus rien, il sent le moisi, il entretient le conformisme social et cette pente à la facilité qui déshonore le catholique. Il faut maintenant passer à autre chose… Est-ce clair ?




09/07/2003
Sombreval





1.Posté par Olivier le 13/06/2005 21:30
Que lis-je ? Le mariage entretient le conformisme social et cette pente à la facilité qui déshonore le catholique ??

Monsieur, je ne vous félicite pas, quoique vous ayez raison d'un certain point de vue.

De fait, la religion catholique tint lieu longtemps, et trop longtemps quoique ce fut la volonté de Dieu, non antécédente mais conséquente. Révolue cette période, je l'espère et pourtant j'en doute. Au moins en certains milieux, les convertis de la Nouvelle Pentecôte ?

De fait, mariage conformiste et tombeau de la femme, aussi de l'homme quoique maîtresse à l'horizon. Exigence, vous regrettez son absence ? Mais elle est, elle devrait être, cette exigence. Rien de plus exigeant que la mariage chrétien. Le Christ est le pourfendeur des rond de cuir de l'amour.
L'erreur ? Cette funeste idée d'âmes soeurs. Y en a-t-il ? je vous laisse maître de la réponse. Mais funeste en ceci qu'elle incline à croire que mariage prononcé, chose acquise. A ceci, fortement, NON ! Il y a don lors de l'échange des consentements, mais don in principio. Ce don de soi, il convient de le cultiver, de la construire, de le concrétiser chaque jour, chaque heure, chaque seconde... Souvent, trop souvent, le mariage est croix sur la checklist de vie. Vous le pourfendez, je vous suis, précède. Se marier n'est point la fin. C'est quand tout est fini que tout commence, écrivait le docteur angélique. Et c'est quand le mariage est prononcé, fini, que tout commence. Plus encore, c'est chaque matin que tout commence.

De grâce, ne malmenez ce sublime sacrement, mais seulement dénonez sa subversion par d'infâmes. Ne l'avilissez, mais défendez-le en sa sublimité, sacrement des sacrement, véritable eucharistie humaine. Non monsieur, le mariage chrétien, je ne crains point d l'affirmer, n'a pas fait son temps : il ne l'a point encore commencé. Jésus vint, et longues furent les cultures à se mouvoir. Aujourd'hui, peut-être, si Dieu et nous-même voulons, temps est venu de glorifier Dieu en la chair, par cet extraordinaire sacrement qu'est le mariage.

Vous confondez une notion socio-psychlogique que j'exècre avec vous, avec ce que Notre Seigneur nous octroya. Le mariage ne doit point être dépassé, mais il doit simplement être. Devenir ce qu'il doit et non plus ce qu'il fut.

A vous lire, cher Sombreval...


Retrouvez dans cette rubrique :
< >

Dimanche 20 Juin 2004 - 00:00 Tradition et sérénité

Vendredi 18 Juin 2004 - 00:00 Barbe, chevelure et Tradition

Recherche



BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE